Synode sur la famille: les enfants oubliés

Alors que s’ouvre aujourd’hui un synode sur la famille à Rome, rassemblant des évêques, religieux et experts de plusieurs continents, un petit rappel en chiffres de ce que subissent les familles – et surtout les enfants – dans des zones de conflits. Exemple syrien.

Lire la suite

24 mars, une manif ratée

La Manif pour tous de janvier avait été un succès par l’ampleur de sa mobilisation et sa capacité à limiter la récupération par la droite et les excès homophobe. On ne peut pas en dire autant de celle de dimanche 24 mars. Ses initiateurs doivent rectifier le tir.

Quelques affiches officielles de la manif pour tous du 24 mars

Quelques affiches officielles de la manif pour tous du 24 mars

Lire la suite

Pour Kévin et Sofiane : j’ai besoin de votre aide…

Il est des instants durant lesquels les mots sont vains, mais qui peuvent faire naître de grandes choses.

Lire la suite

Questions de mœurs : quelle attitude politique de la part des catholiques ?

Face aux projets du gouvernement sur le mariage homosexuel, sur l’adoption par les couples homosexuels et sur l’euthanasie en fin de vie, nous sommes tentés de réagir, comme catholiques (ou comme « chrétiens », mais je ne veux pas parler pour les protestants), avant tout en affirmant des convictions morales et religieuses (voire évangéliques), ou encore anthropologiques, mais nous peinons à définir une attitude politique. Il faudrait pourtant essayer d’aborder sans détours la question : que ferons-nous, catholiques, et que devrait faire l’Eglise, le jour, proche, où ces questions passeront au Parlement ? Un texte de Jean-Louis Schlegel, sociologue des religions.

Lire la suite

Quand des «chrétiens de gauche» débattent euthanasie et mariage gay

Invitez, sur internet, une trentaine de « chrétiens de gauche » plutôt intellos (soit dit sans ironie aucune), à pétitionner auprès du nouveau gouvernement pour demander un large débat citoyen sur ses projets « sociétaux » et vous obtenez une idée assez précise de la diversité d’opinions de ce microcosme.

Lire la suite

«Laissez venir à moi les enfants»

Crédit : Quentin Glorieux/Flickr

Leur vie est sensée être celle d’être insouciant, protégée des affres des adultes. Mais pour les enfants de familles sans-papiers, cet état de grâce n’existe pas toujours en France. Pour y remédier, des professeurs s’engagent pour leurs élèves sans papiers.

« J’ai la conviction que l’école est le dernier sanctuaire, un endroit où l’on peut se reconstruire et se voir dispenser de l’affection. L’accueil des élèves en situation irrégulière est une évidence pour moi. Je considère d’ailleurs que, en tant que chef d’établissement, je représente la permanence des valeurs de l’État, garant de l’absolue nécessité de protéger les enfants. » Un proviseur

A lire sur www.bastamag.net