Qui sommes-nous ?

Les coquelicots, fragiles, mais toujours là

Notre projet a mûri comme un champs de blé, et s’est épanoui avec la levée des coquelicots. Petits fanions colorés et fragiles, touffes de mauvaise herbe, certes, perdus dans l’océan des blés, mais toujours fidèles au poste d’année en année, tels nous sommes, nous, croyants engagés à gauche.

Symbole pour symbole, à la volupté de la rose, nous opposons l’impertinence de la liberté. A la main sûre du semeur, nous échappons, préférant le chemin sauvage à la discipline de la récolte. Et pourtant : imaginerait-on l’un sans l’autre ?

Pour nous joindre : chretiensdegauche@gmail.com ou via Twitter ou via Facebook

LES AUTEURS

Didier da Silva

A 37 ans, je suis un ancien de la Jeunesse ouvrière chrétienne, marié et ayant deux enfants. « Créatif bordélique », j’ai fait des études d’Histoire et de Sciences politiques, tout en fréquentant les milieux artistiques underground. Enseignant depuis douze ans, formé à la méthode Montessori, j’ai enseigné à Sciences-Po. Membre de la rédaction des Cahiers de l’Atelier, engagé dans l’humanitaire, fan de cinéma Bis et de Claude Debussy, je reprends actuellement une thèse sur le personnalisme après avoir co-écrit, en 2002, La Personne à venir. Héritage et présence d’Emmanuel Mounier.

Vincent Soulage

Passionné d’histoire, j’en ai fait mon métier puisque j’ai enseigné dix ans en lycée ZEP. Mais je suis avant tout un militant aux engagements multiples (trop parfois selon ma femme et mes enfants). Engagement religieux, avec des passages marquants en aumônerie étudiante ou dans des réseaux de jeunes chrétiens intéressés par la politique. Engagement politique aussi, avec une adhésion précoce au Parti socialiste (il y a plus de 20 ans) et un mandat de conseiller municipal (2001-2007 à Nanterre, traversé par une expérience douloureuse). Engagement syndical enfin, car un syndicat réformiste m’a invité à lui réserver l’exclusivité de mes talents à la rentrée 2012. A la confluence de ces engagements, je me revendique comme chrétien de gauche. J’attache du prix à cette identité à laquelle je consacre d’ailleurs une thèse en voie d’achèvement (les curieux peuvent aller lire ma fiche de doctorant). Je n’ai guère connu les années 68 et j’ai grandit sous les règnes de Jean-Paul II et François Mitterrand. Ce qui ne m’empêche pas de garder espoir dans la gauche et dans un catholicisme ouvert. Je ne supporte pas les tentatives de mainmise des courants conservateurs sur l’opinion catholique et je suis heureux de porter un discours parfois divergent au sein de la gauche comme des Églises.

René Poujol

« Journaliste et catholique en liberté » comme je me décris sur mon blog personnel, j’ai fait toute ma carrière au groupe Bayard Presse dont les dix dernières années (1999-2009) comme directeur de la rédaction de l’hebdomadaire Pèlerin, titre fondateur du groupe. Ancien commissaire de département puis membre de l’équipe nationale des Scouts de France, aujourd’hui co-gérant des éditions d’Ile-de-France, maison d’édition des Scouts et Guides de France. Je siège au conseil d’administration des Semaines sociales de France et assume la rédaction en chef de sa Lettre trimestrielle. Également chargé de mission à la Fédération française de la presse catholique (FFPC) pour l’organisation des Journées d’études François de Sales. Originaire du Sud-Aveyron, familier de l’abbaye de Sylvanès, j’ai publié chez DDB deux livres d’entretiens avec le Père André Gouzes op. à qui l’on doit la renaissance du lieu (Sylvanès, histoire d’une passion) et Michel Wolkowitsky, directeur de l’abbaye, directeur-fondateur du festival international de musiques sacrées – musiques du monde (Sylvanès, l’aventure d’une vie).

Philippe Clanché

En septembre 2012, je fêterai (on me fêtera j’espère) mes 44 ans et le mois suivant mes vingt de journalisme dans la presse chrétienne. Après une licence de sociologie, j’ai travaillé durant huit ans dans le groupe Courrier français, suivant la vie des diocèses de Bordeaux, puis de Nantes et Luçon. Depuis 2000, je travaille à Témoignage chrétien, principalement comme rédacteur en charge de l’actualité religieuse, mais aussi comme créateur du premier site internet du journal, chargé de relation publique, animateur de voyage et j’en passe. Et j’ai aussi trouvé le temps de faire trois enfants.
Élevé avec des prêtres qui ne se faisaient pas appeler M. l’abbé, je suis devenu un catholique souvent bougon, oscillant entre l’espoir d’une amélioration du sommet de l’institution (d’où mon blog cathoreve) et le sentiment qu’il n’y plus rien à en attendre. De gauche depuis le collège, non encarté et volage (du rose au vert et au rouge clair), je rage devant les sondages d’opinion politique de mes coreligionnaires. Admettant avec peine que cathos de gauche et cathos contestataires ne sont plus des catégories superposables, je demeure persuadé que les valeurs politiques auxquelles je crois doivent pouvoir trouver leur place au sein de la culture catholique. Quand je serai (enfin) cardinal de la Sainte Église catholique romaine, les choses vont changer.

Eric Vinson 

Je cherche à comprendre et à expliquer les questions d’éthique et de sens (en général), et les faits religieux et laïques (en particulier), qui marquent notre époque de mutation. Analyser les enjeux de civilisation qui la travaillent et restituer ces derniers au plus grand nombre, telle est ma vocation de journaliste mais aussi d’enseignant-chercheur, de formateur et de consultant. Après avoir assisté « l’aumônier des hommes politiques » (SPEP, 1998-2001) et d’autres collaborations (missions auprès du ministère de la Défense, d’une association de lutte contre le chômage et de la Miviludes – lutte contre les dérives sectaires, services du Premier ministre), j’ai coordonné en 2001-03 l’opération « fait religieux à l’école » pour La Vie : suivi rédactionnel, enquêtes d’opinion, communication et organisation d’événements. J’ai ensuite intégré les rédactions du Monde des Religions et de Prier, avant de devenir rédacteur en chef de ce titre. J’ai également lancé de nouveaux supports, comme les Hors-Série du Point « Les Textes fondamentaux… ». Depuis 2010, je suis doctorant en théorie politique à Sciences-Po (CEVIPOF) sur le rapport spiritualité/politique chez Jaurès, Maritain et Lanza del Vasto. Militant pour une meilleure prise en compte du fait religieux et laïc dans l’enseignement tant public que privé, je collabore avec l’Association pour le développement de l’institut européen en sciences des religions et la mission « Enseignement & Religions » de l’Enseignement catholique. Je suis enfin membre du conseil d’administration de l’Institut d’études bouddhiques où j’ai assuré en 2012 un séminaire sur la « double-appartenance chrétien-bouddhiste ».

Pierre-Baptiste Cordier

Convaincu que l’engagement est une force, je me suis assez tôt engagé d’abord dans la vie associative puis politique, conquis par la figure du centriste Bernard Stasi. Professionnellement, je travaille dans les relations presse et la rédaction d’articles pour une grande association caritative internationale confessionnelle. Aux côtés de cela, je suis engagé dans des responsabilités syndicales au sein du SGEIH-CFTC et trésorier de l’Association des amis d’Emmanuel Mounier. Côté catho, je suis responsable de l’Action catholique des milieux indépendants pour le diocèse de Paris. Mon parcours m’a donné de croiser la Compagnie de Jésus et la communauté Mission de France. Cela m’a permis de saisir l’importance d’allier foi et engagement, pour le bien commun et le service des autres (et de l’Autre) dans cette dynamique si bien décrite par Emmanuel Mounier, dans Feu la Chrétienté : « Nous n’avons pas à apporter le spirituel au temporel, il y est déjà. Notre rôle est de l’y faire vivre, proprement de l’y communier. Le temporel tout entier est le sacrement du Royaume de Dieu. »

François Mandil

Petit-fils de militaires d’extrême droite pro-Algérie française et de Juifs apatrides réfugiés en Turquie pendant cinq siècles, j’ai quand même fait ma première communion à Notre-Dame à Versailles. Seulement, comme j’avais une image de Saint-François d’Assise au dessus de mon lit et qu’en plus, j’étais louveteau, j’ai assez vite fait le lien entre l’arrogante église versaillaise et la chapelle de Saint-Damien. Depuis, je suis régulièrement allé voir ailleurs dans le monde si je n’y étais pas. Résultat : je suis plus souvent tombé sur Lui que sur moi. J’ai assumé de nombreuses responsabilités diverses chez les Scouts et Guides de France (SGDF) ; j’ai découvert le Mouvement rural de jeunesse chrétienne (MRJC) trop tard ; j’ai eu 8 au bac en math ; ma première réunion politique, ça a été de me faire adhérer en urgence pour faire tomber la secrétaire fédérale du MJS Yvelines (ça a loupé). Comme je suis un garçon pragmatique, quand j’ai lu « vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’argent », j’ai eu beau chercher dans tous les sens, je l’ai pris au premier degré. J’ai donc rapidement rejoint les Verts, ce qui m’a notamment amené à prendre un abonnement au tribunal pour désobéissance civique au désespoir de ma maman. Aujourd’hui, je suis conseiller municipal de Pontarlier, membre du conseil fédéral d’EELV, je porte un titre barbare et inaccessible aux non-inités chez les SGDF de Franche-Comté et quand je suis découragé, je chantonne God bless the grass de Malvina Reynolds. Sinon, j’ai aussi écrit des bouquins mais c’était pour aider des vieux paysans de Franche-Comté à écrire leurs mémoires.

Patrick Pique

PP C2G2

Historien de formation, 50 ans, marié et père de deux filles, je suis issu d’une famille mixte (mère catholique et père protestant), élevé dans la religion catholique.

Il est possible de me considérer comme un chrétien recommençant puisque j’ai souhaité vivre ma foi publiquement, au grand jour depuis la Pentecôte 2009 quand j’ai reçu le sacrement de Confirmation en même temps qu’une de mes filles recevait celui du Baptême.

Depuis, je me suis engagé dans divers services au sein de  ma paroisse (presse locale chrétienne, pastorale du deuil, pastorale des jeunes).

Au terme d’un cheminement assez long, je me suis aperçu que tout ce que je pense et ce que je crois découle d’une même source : l’Évangile et Jésus.
Je suis fondamentalement républicain et j’assume parfaitement l’héritage des Lumières et celui de la Révolution française.
Pour résumer, je souhaite désormais écrire ce que je pense, ce que je crois, ce que je suis, ce que je fais, à travers ce blog personnel que j’ai souhaité ouvrir à la suite d’un pèlerinage à Lourdes et en rejoignant les chrétiens de gauche.
Mais mon mode d’expression préféré reste sans doute la musique, qui touche directement le cœur des gens.

 

Publicités

78 réflexions au sujet de « Qui sommes-nous ? »

  1. Chers amis,

    Ouf! J’ai eu peur en voyant l’intitulé du blog, mais heureusement il n’y a pas de traits d’union…

    Auteure de la biographie de Maurice Clavel, je suis tout à fait en accord avec l’une de ses phrases clés : « Je suis chrétien et je suis de gauche, mais je ne supporte pas les chrétiens-de-gauche ».

    Alors je veux bien me mettre à table avec vous…

    Fraternellement

    Monique

    • Bonjour Monique,
      Je suis bien d’accord avec toi … et avec Maurice ! J’ai fait partie du « panel » dont parle René Poujol mais il ne m’a jamais demandé si je me classais dans sa catégorie ! Mais au fond, c’est une bonne idée d’avoir un endroit où débattre. Bien amicalement,
      Jean-Pierre Rosa

  2. MRJC, Témoignage Chrétien, PSU, Emmanuel Mounier, Vie Nouvelle, engagements associatifs… Chrétienne, engagée toujours et encore pour défendre la justice. Contre toute forme de copinage et d’avantages acquis et jamais remis en cause… cela veut dire quoi, aujourd’hui « être de gauche »? j’ai vu et entendu tant de gens qui ouvraient la bouche pour dire « je suis de gauche » et plus aucun débat, aucune discussion n’était possible… c’est un état en soit « être de gauche »…?
    Hé bien non, je ne suis pas de gauche, je ne suis pas de droite, je suis une citoyenne engagée et libre qui ne supporte plus les clivages qui ne veulent plus rien dire… et je cherche des lieux, des liens, des personnes qui osent dire, même si ce n’est pas dans l’air du temps …toujours indignée mais toujours constructive,positive, optimiste!
    croyante, engagée auprès de tous ceux qui veulent plus de justice sociale d’où qu’ils soient…

  3. Mon ami Noël Copin (ancien directeur de la rédaction de la Croix) avait coutume de dire qu’à force de vouloir tuer les idéologies, on finissait par tuer aussi les idées. A voir les remous provoqués par notre initiative, on peut se demander si on n’a pas visé juste, quelle que puisse être l’ambiguité du terme « de gauche ». Nous de ne demandons à personne de montrer patte blanche (ou rouge) pour s’exprimer sur ce blog, dès lors que c’est pour échanger des idées et débattre en citoyens et non pour « poser une boule puante » en s’imaginant faire œuvre de courage. Se dire chrétiens de gauche au lendemain d’élections où la paranoïa de certains milieux catholiques « de droite » a atteint des sommets, c’est réaffirmer qu’il n’est pas d’éthique que sexuelle ou familiale, mais aussi économique, sociale, culturelle, comme nous le rappellent les encycliques depuis un siècle ; que l’on ne peut dialoguer avec le monde dans lequel nous vivons que si on l’aime suffisamment pour accepter aussi de recevoir de lui ; que porter le message de l’Evangile est l’affaire de tous les baptisés et qu’il y a aujourd’hui mieux à faire qu’à constituer nos Eglises en bastions de cléricalisme.

    René Poujol

    • Chère Madame Fraslin, votre profil nous interesse ! le clivage droite – gauche vous semble dépassé ? C’est vous que le dîtes… Proposez un article, et faites débat avec nous! C’est là toute notre raison d’être !!

    • Vous dites : « que l’on ne peut dialoguer avec le monde dans lequel nous vivons que si on l’aime suffisamment pour accepter aussi de recevoir de lui ».

      « Hommes et femmes adultères, ne savez-vous pas que l’amitié du monde est inimitié contre Dieu? celui donc qui voudra être ami du monde, se rend ennemi de Dieu. » Jacques 4 : 4

  4. Je n’ai jamais compris les chrétiens de gauche. En effet, pactiser avec ceux qui ont toujours (ou souvent), été les ennemis de la religion, de la famille, de la propriété, etc., (socialistes, communistes, etc.), m’abasourdi. Vous faites mention de justice sociale, mais on peut être de droite ou du centre et être profondément attaché à cette valeur (Albert de Mun, Jacques Piou, Jules Lemire, Charles de Gaulle, etc.). Pour ma part, c’est mon cas. Vous devriez vous inspirer plutôt que de la gauche, des Encycliques Rerum Novarum ou Centesimus Annus,

    • Cher Monsieur,
      merci de vos remarques, qui ne remettrons cependant pas en cause les valeurs auxquelles nous croyons et que nous défendons: respect et dignité de la Personne humaine, justice sociale, fraternité, attention au Frère, entre autres, et que nous n’avons pas vu défendues par la Droite depuis longtemps. Les exemples que vous citez, pour justes qu’ils soient d’un point de vue historique, sont très largement dépassés, ou ne représentent plus rien dans la Droite d’aujourd’hui, largement acquise aux « vertus » du libéralisme, et à ses « dommages collatéraux »: chômage, pauvreté, exclusion, sentiment d’abandon. Ce que nous ne comprenons pas, nous, c’est la tentation identitaire et extrêmiste de catholiques de plus en plus nombreux, mise à jour par le dernier livre d’Etienne Pinte (député UMP): « Extrême-droite: pourquoi les chrétiens ne peuvent pas se taire », repli qui nous semble en contradiction flagrantes avec les preceptes fondamentaux des Evangiles. Nous trouvons d’ailleurs dans ces derniers largement de quoi ressourcer nos esprits et notre combat, ce qui nous dispense de « pactiser » avec qui que soit. Nous sommes des « chrétiens en liberté », ce qui invalide d’autant toute tentative de nous classifier selon des normes politiques et idéologiques obsolètes. Nous vous souhaitons de lire Mounier, Ellul, Bernanos ou Péguy, et d’y trouver cette possibilité de vivre en vérité Foi et engagement politique à Gauche. Bien à vous.

    • Il conviendrait de bien faire la différence entre foi, projet de vie, sens collectif de la vie d’un côté et Institution religion de l’autre. Heureusement que la gauche a établi en France la laïcité, séparation des institutions Etat-Eglise d’une part , et aussi liberté de conscience. Ceci, en se battant contre l’institution Eglise catholique. Heureusement. Ce n’est qu’un exemple entre autres !

    • C’est vrai que ce serait bien d’avoir des voix de femmes sur ce blog. Quel est le processus pour se joindre à vous ?

  5. « … peu à peu, les travailleurs isolés et sans défense se sont vu, avec le temps, livrer à la merci de maîtres inhumains et à la cupidité d’une concurrence effrénée. Une usure dévorante est venue accroître encore le mal. Condamnée à plusieurs reprises par le jugement de l’Eglise, elle n’a cessé d’être pratiquée sous une autre forme par des hommes avides de gain et d’une insatiable cupidité. À tout cela, il faut ajouter la concentration entre les mains de quelques-uns de l’industrie et du commerce devenus le partage d’un petit nombre d’hommes opulents et de ploutocrates qui imposent ainsi un joug presque servile à l’infinie multitude des prolétaires. » De qui est ce texte ? Karl Marx ? Non : Léon XIII.

  6. Merci pour vos textes. Vive le débat. Juste une question : y a-t-il, à votre connaissance, des protestants, des orthodoxes ou des catholiques non romains chez vous ?

  7. Oui, manque flagrant de femmes 🙂 !! vous les faites fuir ??? :)) ! c’est le gros inconvénient du site il faudrait mettre des « hommes chrétiens de gauche … »
    vous avez pas des épouses, des amies qui partagent vos convictions ? : élargissez à l’autre sexe de toute urgence 🙂 🙂 !!

    amicalement

    isabelle

    • Nous y travaillons Isabelle. Il faut être indulgente, nous avons ouvert le site à la veille de l’été. Vous êtes candidate ? Manifestez-vous !

      • Ah c’est tout nouveau effectivement, je vous absous alors 🙂 :)!! ! et je regarde plus attentivement votre site dans le détail…

        merci René,

        isabelle

  8. Bravo pour cette initiative !
    Moi-même engagé en JOC et ailleurs, je ne peux que vous féliciter ! Il est vital, en ces temps, de faire entendre notre voix…

    C’est avec un immense plaisir que je vous suivrai ! (et que je contribuerai, si jamais il me vient l’idée d’écrire/raconter/témoigner de quelque chose d’intéressant… et si vous le voulez bien !)

  9. J’approuve totalement votre initiative que j’ai appris sur le forum de La Vie. Le seul bémol tient à l’intitulé « Chrétiens de gauche ». Formé par l’action catholique et ayant milité toute ma vie dans des organisations ou partis politiques de gauche, je préfèrerai celle de « Chrétiens indignés » peut-être déja utilisé ou « chrétiens solidaires » ou Chrétiens anticapitalistes ». Nous vivons depuis des lustres dans une pseudodémocratie dominé par un parti unique celui du capitalisme. Pour faire illusion celui-ci est représenté politiquement et alternativement par les libéraux de droite pou les libéraux de gauche. Aujourd’hui, nous sommes bien, avec Hollande dans ce cas de figure, car cette majorité veut gérer de manière plus juste les conséquences du capitalisme anonyme qui depuis quelques années est entrain de ruiner l’humanité. Personellement, ayant milité plusieurs années au PS, je ne fais plus confiance en ce Parti « social démocrate » qui a tourné le dos  » au socialisme participatif et populaire. Par défaut j’ai voté Hollande au 2 ème tour, mais pas au premier.
    Un autre intitulé me conviendrait mieux comme « indignés » ou « solidaire ». Jean-Claude 1933

  10. Bon, j’arrive sur le blog à la suite d’un article sur La Vie.fr. Chrétien je le suis, de gauche aussi. Je me demande même, si je ne me sens pas aussi profondément de gauche que chrétien : ma foi est incarnée ou n’est pas. La grande confusion ambiante finit par me gagner. Qu’est-ce que l’Eglise, parle-t-on de l’institution ou de la communauté des chrétiens, ou des communautés chrétiennes ? La foi et la croyance sont-elles du même ordre (j’ai la foi, l’espérance, mais je ne suis pas « croyant »). Qu’est-ce que la religion ? Je suis chrétien selon la tradition catholique et je pratique le culte catholique, les rites et les symboles sont importants pour moi mais je ne me sens pas très religieux. Je me sens avoir plus d’obligations pour mon prochain que pour l’Eglise apostolique et romaine. Et pour finir, je me demande si les uns et les autres nous croyons « au même Dieu ». Dieu est un ensemble vide que nous remplissons de nos représentations, c’est en le passant au tamis des écritures que nous pouvons vérifier si nous sommes près de la vérité (paroles d’un théologien ». Alors toutes les certitudes assénées dans les débats, notamment entre chrétiens…
    Quant aux débats actuels, toujours sur les moeurs, je désapprouve totalement Rome qui campe sur sa position naturaliste : « c’est comme ça parce que c’est « anthropologique ».
    Le christianisme n’est pas une morale, c’est un élan vers Dieu, appuyé sur la foi en la résurrection du Christ. C’est un élan vers l’autre pour qui nous sommes appelés à faire ce que nous voudrions qu’il fasse pour nous.
    En tout cas, si ça continue comme ça (l’orientation, fondamentaliste, la crispation de la hiérarchie de l’Eglise, l’obsession sexuelle)…je quitterai l’Eglise sur la pointe des pieds comme beaucoup le font. J’ai mieux à faire à rendre service qu’à me ronger les nerfs sur cette Eglise conservatrice et névrosée
    J’avoue être sceptique sur l’appellation « chrétien de gauche » qui me paraît exclusive pour des personnes qui ne se sentent pas proches de partis politiques de gauche. Je préférerai chrétiens « critiques », « progressistes »…
    Quoique, il faut bien reconnaître qu’une fois encore les cathos pratiquants ont massivement voté pour Sarkozy, alors que de ce vote était contraire à mes convictions spirituelles…
    Oh, puis je ne sais plus ! j’ai 60 ans, une bonne culture religieuse, des convictions bien ancrées mais le bruit ambiant commence à me fatiguer sérieusement. Pour ne pas perdre mon discernement je continue à travailler le fond, en parler avec d’autres et donner une place au vide, au silence, à la contemplation et à l’écoute. A propos de vide, depuis que j’ai découvert la Chine, je me découvre « chrétien-taoïste-de gauche » et tant pis pour les pourfendeurs du relativisme !!!

  11. Dites donc, ça manque un peu de femmes chez les chrétiens de gauche. C’est presque pire que dans la « hiérarchie catholique », que vous critiquez tant dans son rapport aux femmes et à la sexualité. Comment voulez-vous vous exprimer sur la différence sexuelle de manière crédible ?!

    • La seule différence, cher Thomas, c’est que l’Eglise existe depuis deux mille ans et que s’il n’y a qu’aussi peu de femmes en situation de responsabilité, c’est sans doute qu’on n’a pas jugé bon de leur en donner trop. Pour ce qui nous concerne, nous sommes nés à la veille de l’été… Nous dirons que c’est là un péché de jeunesse dont nous sommes d’ailleurs parfaitement conscients et auquel nous allons remédier…

      • Il y avait quand même des femmes parmi les disciples et ces affreux mâles d’ecclésiastiques ont bien canoniser quelques femelles assez vite
        tout de même sans parler de la Mère de Dieu et des fondatri-ces d’ordre religieux reconnues par la papauté très tôt
        !!!

      • Pourquoi aucune femme dans un ministère dans l’ECR ? Vaste question ! tout au début on trouve pourtant des femmes animatrices de communautés. C’est celui chez qui on se réunissait qui animait, certainement.
        Puis st Augustin est passé par là. Lui qui a eu une première compagne et un enfant, contre la volonté de sa mère. Puis s’en est séparé. C »est pas trés joli déjà ! Puis encore contre l’avis de sa mère, en a repris une seconde.
        Puis il s’est interrogé : pourquoi ai-je fait cela ?
        Et son raisonnement est très intéressant. Il n’a pas dit : c’est pas moi, c’est ma soeur ! non, mais presque! il a dit (Attention, cramponnez-vous !).
        Il a dit : c’est à cause du péché originel !! tout est dit !!!
        Et c’est ainsi que, depuis, on traine ce machisme et ce fameux Péché originel absolument inexistant dans la pensée de Jésus !
        Il y a de la vaisselle à faire dans les dogmes !!!

  12. Vite SVP! Au moins couper l’image ridicule en bas de page avant de dégotter une vraie femme dans votre listing car après la douce lecture de vos convictions, la douche glace l’élan…

    • Il faut lire cette image au deuxième ou troisième degré. Et pour connaître Sophie – qui a choisi elle-même ce visuel – je puis vous assurer qu’elle n’a rien d’une bigote coincée. Mais nous lui transmettons bien sûr votre observation.

  13. L’idée du degré à la puissance élevée était entendue! Photo au demeurant plus Pierre et Gilles que de bénitier.
    Reste que les femmes sommes femmes avant d’être chrétiennes ou pas, femmes avant d’être de gauche ou pas etc… Que la religion catholique instrumentalise les femmes en un petit chose iconique évaporé ne change pas cette réalité de base.
    Que Sophie n’ait pas envie de montrer sa bouille sur l’internet est très compréhensible, pour autant le choix de cette photo vaut le coup du questionnement!

  14. Je me pose encore la question : Comment un chrétien a t-il pu voter pour F. Hollande? Quand on voit tout ce qui se prépare et qui va à l’encontre de l’enseignement de l’Eglise … C’est affolant ! Soyez lucides et vrais : Reprenez-vous enfin !!

  15. Et si « à la table des chrétiens de gauche » s’invitaient les « Colibiris, « les Poissons roses » pour rejoindre le collectif Roosvelt, travailler le Pacte Civique ?
    Mille fois d’accord que des personnes se lèvent, s’unissent pour essayer de faire bouger politique, finance, au regard de leur Foi. Conscientes que la crise est là et qu’il faut nous faut vivre autrement.
    Je fais partie du Mouvement Poursuivre, se référant à la pensée d’Emmanuel Mounier, de son Personnalisme. L’Action Catholique des Femmes qui réfléchit à la place des femmes dans l’Eglise, aux problèmes de société est mon deuxième pilier de réflexion.
    Je rejoins la sensibilité des intervenant(e)s, ne renie rien de mes appartenances, mais ne souhaite pas être étiquetée.
    J’adhère totalement à la richesse de ce frémissement de la société civile qui réagit et dit bravo.
    Mon message serait plutôt unissons-nous pour être plus fort.
    Ne baissons pas les bras, et comme le dit si bien le livre de Jean-Claude Guillebaud, croyons qu’ « une autre vie est possible » pour lutter contre tous les fanatismes de tous bords.
    Maryse

  16. Chrétien de gauche me conviens bien, c’est maintanant une distinction traditionelle. Pour répondre à michelam; je crois que notre sensibilité n’est pas d’être des bénis oui oui à l’Eglise Catholique (ni d’ailleurs à la gauche), par exemple ceux qui comme l’abbée Pierre et bien d’autres, disaient que quand certain on ne peut pas assumer la continance ils doivent mettre un préservatif, pour ne pas ajouter à la faute le crime, ont eu raison puisque Benois XVI à fini par adopter cette position (voir son dernier livre). Je crois que les chrétiens de droite sont surtout des « conservateurs », nous on a avant tout un esprit critique même vis à vis des positions de l’Eglise, je prends le temps de la réflexion et n’ésite pas à dire ce que je pense quand je ne suis pas d’accord, L’Eglise ne gagne rien, sauf à être discalifié, à ne pas évoluer avec son temps, de remettre sur le chantier la compréhention du monde, et de faire de l’inculturation, de prendre des positions adaptées et compréhensibles pour les hommes de se temps. Par exemple elle est encore bien encré dans le Patriarcat, la domination de l’homme sur la femme, avec une hiérarchie du pouvoir pratiquement exclusivement masculine, en réservant l’ordination aux seules hommes, alors que nous sommes tous baptisé, »prêtre prophète et roi », pourquoi faire une distinction sexuelle là ou il n’y pas lieu d’être, cela n’a évidemment plus court; reste que l’Eglise devra se passer de prêtres de 13000 aujord’hui il n’y en aurra plus que 3000 (et encore je suis obtimiste) dans 20 ans. A force de prier pour les vocations on voit bien que l’Esprit ne souffle absolument pas dans se sens, les femmes (elle représente en plus 80 % des pratiquants) doivent avoir les mêmes possibilités que les hommes dans l’Eglise, c’est bien St Paul qui disait « il ni a plus ni juif, ni grec, ni homme libre ni esclave (reste à réaliser) il ni a plus ni homme ni femme (tous à égalité, il serait grand temps).

  17. C’est vrai que ça manque un peu de femmes, dans les initiateurs de ce site. Néanmoins, nous sommes quelques unes à participer à ces échanges, de façon claire et sensée. Je vous dis merci messieurs d’avoir eu cette initiative, qu’elle soit ouverte à tous/toutes. Si je puis apporter mon petit cailloux à l’édifice, je rejoins Maryse, unissons nous. ça me parait essentiel. Et si je mesure la richesse de ces échanges virtuels entre personnes d’ici et d’ailleurs. J’imagine que vous vous connaissez « pour de vrai » en tout cas pour les fondateurs, que vous vous rencontrez.
    Ce qui me manque, dans mon quotidien de chrétienne pratiquante/écolo/décroissante/altermondialiste (ça me parait être la base du message du christ), ce sont les rencontres physiques avec des personnes qui partagent mes valeurs… je me sens vraiment à contre-courant et un peu seule dans mes convictions. organisez vous des cafés-rencontres, ou autres? pour agir concrètement, et ne pas faire que parler sur le net?

    • Chère Juliette, je me sens proche de vous … « chrétienne pratiquante/écolo/décroissante/altermondialiste » — attirée par les protestants et les boudistes aussi. Etes-vous de Normandie ou de Rhône Alpes ? Pour ma part, cyber mamie au pair et baladeuse en Europe, je vous écris d’Allemagne, mais suis basée au Mans … J’aime les rencontres et les contacts directs. Très concernée aussi par l’habitat des seniors et la solitude des femmes âgées … Bravo pour le site, mais j’aurai préféré un autre terme que « de gauche ». Je ne me situe ni à droite ni à gauche, mais en AVANT … Brigitte CASSIGNEUL d’habitats-differents.net

  18. Bonjour Brigitte,

    Oui en AVANT, ça me parle bien. Je crois que nous nous rejoignons tout à fait dans nos valeurs. Oui je suis de rhône-alpes, Lyon centre plus précisément. si vous passez par ici n’hésitez pas. en fait ma maison est aussi ouverte aux voyageurs de passage (qui me semble aussi être un message de l’évangile), si une petite visite vous tente, je crois que nous pourrions organiser un café-rencontre entre gens du coin… histoire de dé-virtualiser nos conversations.

    Juliette

  19. Bonjour

    Je viens de découvrir votre blog… Je suis un protestant de gauche… et j’assume mon encrage à gauche. Jésus a chassé les marchands du temple, il s’est élevé contre le pouvoir des « prêtes » qui empêchaient la libre expression…
    Je me considère donc comme chrétien malgré beaucoup d’expression sur le fait que la seule église doit être l’église catholique (discours du pape Benoit XVI) je dis cela sans rancœur juste avec beaucoup de tristesse.

    Bon ce point étant posé… il y a lieu en ce moment (février 2013) de ne pas laisser l’expression des chrétiens uniquement à ceux qui font des prières de rue et devant l’assemblée nationale…

    Les débats autour du mariage pour tous… les lectures dans réforme (hebdomadaire protestant) me font peur… comment des chrétiens qui sont à priori pour accueillir l’autre à sa table, peuvent ‘il offrir un visage aussi fanatique…

    Dans mes engagements, je suis dans l’économie sociale et solidaire et cela donne un sens à mes « combats » de chaque jour pour la dignité humaine et le respect des autres.

    J’espère ne pas avoir abusé de l’expression sur votre blog

    Amitiés

    Patrick Meuleman

  20. C’que j’aime tout cet engagement..L’engagement par ci, l’engagement par là..Mais rien ne bouge vraiment. Ni dans notre économie, dans la gestion de la crise sociale grimpante en France..DEPUIS QUE NOTRE CHER HOLLANDE EST PASSE PAR LA…

    Rien ne bouge encore moins dans l ‘Eglise ! Sauf le Pape qui démissionne bientôt, mais ça, c’était prévisible depuis bien longtemps…

    Moi, je trouve que les blablas prétentieux et les faux-engagements qui gonflent l’égo , c’est ça, le problème justement; Surtout quand on s’enlise dans des débats stériles, des polémiques ronflantes …Comme si trouver les solutions, c’était tenter d’avoir raison à tout prix…Et que chacun campe sur ses positions

    Le seul engagement vraiment UTILE, c’est la PRESENCE et la VIGILANCE à ceux qui ne viendront jamais ronfler et se gargariser avec des hypocrites…

    L’hypocrisie est d’autant plus scandaleuse que les chrétiens de tous poil sont sensés obéir aux commandements de miséricorde et de justice du Christ..Et c’est pas parce que vous êtes de gauche comme vous dites que vous êtes plus  » fraternels » avec les autres.;cela ne se voit pas du tout, au QUOTIDIEN !

    En plus, ça veut dire quoi au juste  » de gauche » ? Cela veut dire que vous vous sentez plus concernés par le mouvement social que les autres ? Que vous êtes des espèces de progressistes qui veulent tout tolérer du tout au n’importe quoi mais qui, en fait, se rangeront toujours du côté de ceux qui ont le plus de fric, quitte à vendre vos valeurs progressistes ? Ou alors une espèce d’alternance psuedo-oecemenique et anarchique qui se rangeront du côté des bourgeois friqués de cette fameuse Gauche-Caviar ?

    Franchement, c’est bien de se revendiquer de… encore faut-il en avoir la carrure d’épaule !

    Je ne parlerais pas du gros problème typique de la gauche : la sacro-sainte valeur de la laïcité…parce que là,…avec des chrétiens , il y aurait de quoi de dire…

    C’est définitif : je ne m’asseois même pas à table avec vous ne serait-ce qu’une seconde de plus…

    • Au revoir ! c’est dommage de cracher puis de partir !
      j’ai pensé que tu a .vais fait une erreur dans ta prose.
      Il fallait lire : je me demande comment des chrétiens ont pu voter pour (remplacer Hollande par ) Sarkozy (là, je complète : l’allié des gens riches qui a détérioré l’école, la justice, le budget de la France..

    • Bonjour,
      Pour moi être de gauche c’est refuser une économie libérale et sans garde-fou, qui écrase les hommes et ne compte plus que le dieu Argent. Cela ne veut pas
      dire qu’on est tous « gauche-caviar », même si l’on n’est pas à la rue. Il ya une juste mesure entre les deux.
      D’autre part je croyais naïvement que depuis 1905 nous étions tous en laïcité!
      Cette laïcité, c’est ce qui a permis à ma foi d’éclore, je refuse d’âtre embrigadée dans une religion étatisée.
      Que signifie ce « pseudo oecuménisme », quiserait anarchique et pourquoi du coté des bourgeais? Je connais pas mal de militants ACO qui riraient bien de cette définition ou seraient choqués!
      Il ne faut pas généraliser, on peut voter à gauche en pensant que ce serait un demi-mal, car à droite on ne voit pas de « prise en compte » des hommes tout simplement. Même si aujourd’hui on se sent un peu floué par certaines décisions de nos politiques.
      En ce temps de semaine sainte et bientôt pascal, n’est-il pas possible de se parler avec écoute et respect plutôt que de se déchirer?
      Bien à vous malgré tout, mais pourquoi ne partagerais-je pas la même table si elle est d’autel?
      Une grand-mère de 65 ans.

  21. Bonjour,
    il semble plutôt difficile de parler de religion ou d’utopie depuis au moins quelques année. Je travaille dans un milieu où il vaut mieux être anticlérical et de droite, ou ranger ses convivtions dans un tiroir lorqu’on en a. Pourtant, je garde espoir et je crois que vous allez m’aider.
    Merci beaucoup!

    PS : pour répondre à certains commentaires que j’ai lu qui affirment qu’on ne peut pas associer religion et politique, mes convictions (politiques) découlent toutes d’un réflexion sur le message du christ tel que je le perçois. Mes idées paraissent irréalistes à beaucoup, malgré tous je pense qu’avoir en tête que l’intérêt commun passe avant l’intérêt particulier permet de bien débrouiller les choses.

    • Vous avez hélas tout à fait raison ! Ce n’est pas la première fois que cela est remarqué, cf. commentaires plus haut. Et nous sommes les premiers à le déplorer. Aussi sachez que vous êtes la bienvenue parmi nous !
      A bientôt.

  22. Bonjour
    Je m’appelle Yves, j’ai été formé par les SDF les aumôneries de Tours et l’Esprit Saint a fait de moi un prof d’Histoire-géo. Je suis content de vous trouver car même si je crois que le monde va de mieux en mieux et que les crispations conservatrices de l’Eglise ou de nos sociétés ne pèsent rien face à l’action de l’Esprit, je me sens moins seuls dans ma paroisse de Draguignan de savoir que vous existez. J’aime mon pays même, si j’espère être enterré un jour dans une Europe en tant qu’Etat et je crois que ça ne sert pas à grand chose de prier pour la France qui au regard de l’éternité à moins d’existence que l’empire romain, qu’en pensez-vous?
    Cordialement
    Yves

  23. Bonjour,
    je suis honorée de votre invitation, mais malheureusement ma santé ne me le permet pas, plus toutes mes occpations qui me prennent déjà trop; même si je suis contente d’avoir découvert votre site. Je reste désireuse de rester en contact avec vous mais je ne serai pas très souvent là.
    Bien cordialement, bonne semaine sainte et Joyeuses Pâques à toute l’équipe et à ceux qui passent.

    • @ Pierre Nicolas. Pour ce qui est du « beau monde bien engagé dans ses convictions », je me félicite qu’à vous lire ce soit sans doute en compagnie de l’auteur de l’encyclique Caritas in veritate, un certain Benoît XVI. En voici quelques extraits qui, d’évidence, vous ont échappé :

      «Le profit est utile (…) mais la visée exclusive du profit, s’il est produit de façon mauvaise ou s’il n’a pas le bien commun pour but ultime, risque de détruire la richesse et d’engendrer la pauvreté.»

      « La richesse mondiale croît (…) mais les inégalités augmentent. Dans les pays riches, de nouvelles catégories sociales s’appauvrissent et de nouvelles pauvertés apparaissent. Dans les zones les plus pauvres, certains groupes jouissent d’une sorte de surdéveloppement, où consommation et gaspillage vont de pair, ce qui contraste de façon inacceptable avec des situations permanentes de misère déshumanisante.»

      «Le marché a encouragé (…) la dérégulation du monde du travail. Ce qui a… entraîné l’affaiblissement des réseaux de protection sociale (…) faisant peser de graves menaces sur les droits des travailleurs

      « L’abaissement du niveau de protection des droits des travailleurs et l’abandon des mécanismes de redistribution des revenus, pour donner au pays une plus grande compétitivité internationale, gênent la consolidation d’un développement à long terme.»
      ou encore :

      «Il faut considérer comme erronée la conception de certains qui pensent que l’économie de marché a structurellement besoin d’un quota de pauvreté et de sous-développement pour pouvoir fonctionner au mieux.»

      « Il faut avoir présent à l’esprit que séparer l’agir économique, à qui il reviendrait seulement de produire de la richesse, de l’agir politique, à qui il reviendrait de rechercher la justice au moyen de la redistribution, est une cause de graves déséquilibres.»

      Encore un idéaliste qui croît moraliser le capitalisme…

  24. Ca semble fou qu’encore aujourd’hui l’association de chrétien et de gauche puisse faire réagir. Officiellement, 20 % des catholiques votent à gauche, je n’ai peut-être pas de chance, mais depuis que, malgré mon baptême protestant, je fréquente avec mon épouse les bancs des églises catholiques, je les cherche les fameux chrétiens de gauche !!

    Engagé aux équipes notre dame, c’est sûr que je ne suis pas dans les bastions des cathos de gauche, en même temps, ça permet de susciter un peu le dialogue, et de constater que la spiritualité et la foi permettent de transcender les clivages politiques.

    Même si le site flirte avec le communautarisme (je vous taquine) et manque effectivement de femmes (je vous re-taquine ;-)), j’apprécie l’initiative.

    Cordialement

  25. « 20% des chrétiens votent à gauche », dites-vous !
    puis-je savoir d’où vous tirez ce chiffre car il m’intéresse.
    Il est vrai qu’aux Equipes Notre dame, ce n’est peut-être pas le lieu idéal pour en rencontrer ou alors en cherchant bien !
    Allez voir sur « Parvis », je pense.

  26. A propos des derniers événements concernant le « Mariage pour tous ».
    J’ai l’intuition que bien des gens – et notamment des chrétiens – ont découvert qu’il pouvait y avoir différentes opinions à ce sujet, qu’elles ne craignaient pas de s’exprimer, que les évêques n’étaient pas seuls propriétaires d’une Vérité, qu’ils n’étaient pas fondés à se dire « la voix des chrétiens » (d’autant plus qu’ils n’ont jamais été élus par les croyants) et que donc on pouvait penser différemment de ces derniers, surtout sur un sujet sur lequel les évangiles –notre meilleure référence – ne disent rien ! et pour cause !
    Et je suis persuadé que cela pèsera sans nul doute dans le futur, notamment en libérant l’expression à l’intérieur même des communautés de croyants.

    • Tout à fait d’accord. Ce serait bien de reposter ce commentaire à la suite de l’un ou l’autre de nos articles consacrés à cette question, car il est peu probable que nos amis internautes viennent le chercher… ici !

  27. Bonjour, comment faut-on pour vous joindre? Il n’y a pas de « contact » sur votre site. Je recherche un interlocuteur en Rhône-Alpes. Merci. Catherine Coroller

  28. Ca manque toujours autant de femmes … bien que le 28 juillet 2012 à 12:49, Topcha Virginie ait dit: ça manque de femme !
    C’est dommage mais bravo pour la création et l’animation de ce site.

  29. Le débat est déjà chaud sur ces pages.
    Mon post ne fait que dire merci

    Je ne suis pas une brillante plume.
    Merci de donner de l’écho à tous ces chrétiens, de gauche.
    Car ce n’est pas très facile d’essayer de réconcilier ces deux approches, encore plus en ces temps ou l’opinion est façonnée par des grands médias dépourvus de toute analyse.

    Dans ces grands médias, le chrétien est forcément un farouche oppposant à toute forme de transformation de la société, et tout débat avec lui est vain tant il était replié sur son dogme!
    Parallèlement, au sein de ma communauté chrétienne, le fait d’être de gauche et de l’assumer m’a immédiatement fait endosser le rôle du « familicide » gauchiste.

    Bref, autour de moi, je ne vois souvent qu’incompréhension : comment peut on être de gauche et chrétien?
    Comme dirait l’autre, c’est pas « mainstream »

    J’ai souvent appelé de mes voeux le fait que des personnalités , des intelectuels, des politiques chrétiens, reprennent ce concept flou (« gauche chrétienne », « chrétien de gauche ») et lui donne du corps.
    Ce blogs est le début de cette démarche, et il est bienvenu
    Merci

  30. René Poujol dit : « que l’on ne peut dialoguer avec le monde dans lequel nous vivons que si on l’aime suffisamment pour accepter aussi de recevoir de lui ».

    La Bible dit : « Hommes et femmes adultères, ne savez-vous pas que l’amitié du monde est inimitié contre Dieu? celui donc qui voudra être ami du monde, se rend ennemi de Dieu. » Jacques 4 : 4

    • Oups ! Et la Bible dit aussi « Dieu a tant aimé le monde qu’il lui a donné son fils unique… »
      Alors si on commence à se battre à coups de versets bibiliques…

      • Il n’y a pas de contradiction entre les 2 versets. La seule contradiction qui existe est entre la Bible et la citation de Mr Poujol. Si vous ne le voyez pas, posez-vous la question pourquoi ?

  31. Bonjour,
    je découvre votre site via un journal « la Nef », certainement éloigné de vos opinions, mais qui demeure, comme vous (en tout cas qui essaie!!) dans la maison du Père. Je viens de parcourir quelques uns de vos articles que je trouve équilibrés, même si je ne suis pas forcément d’accord sur le fond (notamment je suis charlie!). Pour résumer, catho pratiquant, c’est la seule étiquette que je vous donnerais car je ne suis pas sûr que l’étiquette d’un parti politique définisse pleinement une personne. Militaire, scouts d’Europe vous donneront mes engagements, à vous de voir si vous décidez de coller une étiquette!!!
    Marié et père de cinq enfants, votre initiative me permettra de lire d’un point de vue différent certains débats de société tout en restant dans l’optique de construction du royaume qui visiblement vous anime autant que moi.
    Merci pour ce blog

    PS: je vous conseille de lire le dossier sur le libéralisme de ce fameux journal, il rejoindra très certainement certaines de vos vues tout en présentant également des opinions contradictoires.

    • Merci de votre commentaire positif. Certes, nous avons des désaccords, mais pas seulement (j’irai voir le dossier sur le libéralisme).
      Certes l’identité chrétien de gauche est très marqué historiquement et ne correspond sans doute plus vraiment à ce que nous sommes aujourd’hui. Mais c’est la seule qui pour l’instant parle à tout le monde de façon explicite.
      C’est dans le dialogue entre les chrétiens et le monde que nous pourrons commencer ici et maintenant à faire advenir le Royaume.

  32. Si, en lieu et place de :

    « Je ne supporte pas les tentatives de mainmise des courants conservateurs sur l’opinion catholique…  » Vincent Soulage

    on écrit :

    « Je ne supporte pas les tentatives de mainmise des courants progressistes sur l’opinion catholique … »

    est-ce que ça élève le débat ?

    • Non, ça n’élève pas le débat car c’est simplement faux. Mon expérience d’Eglise m’a montré à de nombreuses reprises que les conservateurs voulaient préempter la pensée catholique et cherchaient à disqualifier mes opinions (je finissait toujours par être un mauvais chrétiens). Aujourd’hui, ce comportement est bien rare parmi les progressistes et plus largement parmi les catholiques d’ouverture qui sont disposés à un dialogue s’il se fait dans le respect.
      Pour avoir un débat, il faut être deux, et tous n’y sont pas disposé.

  33. Je cherchais le forum de ce site, je ne suis pas sur d’être au bon endroit, car les derniers commentaires sont anciens..
    En tous cas en ce qui me concerne j’ai vraiment besoin d’un espace de dialogue et de maturation, je suis un catho né bourgeois et aujourd’hui simple employé administratif je rencontre une difficulté à rencontrer des chrétiens de gauche qui ne soient pas des « anciens » pour échanger sur les thèmes qui me saisissent.
    Je ne suis pas un catho de gauche à proprement parlé, j’ai le culture d’un fils de la bourgeoisie, mais dernièrement la découverte d’Henri Guillemin secrétaire de Marc Sangnier en son temps m’a retourné, et maintenant je pense qu’aimer la France, c’est aimer son peuple, et je me sens devenu de gauche, car je crois que ce peuple n’est pas aimé, on le manipule, mais on ne veut pas lui parler en Vérité, ça n’est pas non plus une vertu de gauche à mon avis ce qui l’est peut être c’est un parti pris pour la cause des plus défavorisés…

  34. Eh bien, eh bien…vous êtes passés où pendant cette longue année? Je découvre plein de potentiels copains et copines…et un silence d’un an!!!
    Besoin d’une résurrection ? ; )
    Et si on lançait une rencontre réelle dans quelques mois, avec pour but d’AGIR? Nos divergences légères ne pourraient -elles enrichir qqch de plus qu’un débat sur ce que nous pensons et notre identité!
    Bon je me dévoile: je suis une bonne femme de 50 ans, « catholique trop protestante pour être bien orthodoxe », de formation philo, je suis « tombée en amour » de la pensée d’Emmanuel Mounier il y a déjà quelques années. L’enseignement de la philo dans des lycées privés catholiques m’a amenée au burn-out, et je me soigne en préparant un livre sur le Personnalisme, comme seul remède au capitalisme – je vous la fait courte – avec exemples militants à l’appui!
    Engagée à l’Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture, puis contre le projet d’aéroport de NDDLandes et divers autres GPII, j’ai rejoint le collectif des « Désobéissants »
    pour leur sens du concret et leur présence physique auprès de ceux qui en ont besoin. ( j’incite à aller découvrir leurs actions de désobéissance civile sur leur site) Les discussions y sont parfois ardues (tant mieux!) et nous sommes plus d’accord sur ce que nous refusons catégoriquement que sur le reste. Cela suffit pour avancer.
    J’aimerais vraiment vous rencontrer, si cela vous dit ,bien sûr!

    Cordialement.

  35. Ça doit être douloureux pour les ligaments de faire le grand écart aussi largement…
    Par exemple, à Patrick Pique qui écrit :  » j’assume parfaitement l’héritage des Lumières et celui de la Révolution française », je demande s’il a compris, comme le dit l’Église catholique, que « La Révolution est inspirée par Satan lui-même; son but est de détruire de fond en comble l’édifice du christianisme et de reconstruire sur ses ruines l’ordre social du paganisme. » (Encyclique Noscitis et Nobiscum, Pie IX).
    Dans tous ces discours qui veulent reconcilier l’irréconcilliable, quelle est la part d’égarement, de mauvaise foi, de confusion mentale et d’inculture ?

    • En être réduit à aller chercher Pie IX (mort en 1878) pour justifier des comportements du XXIe s, c’est triste. Peut-être serait-il temps que vous réalisiez que l’Eglise a changé. A moins que vous soyez de ceux qui, irréductibles, cherchent attaché à une tradition qui a (sans l’avouer) pris bien des distances avec l’inspiration évangélique (comme lorsque Pie IX défend sa souveraineté temporel sur les Etats pontificaux contre les aspirations démocratiques).

  36. Ce forum fonctionne t il toujours? J’ai laissé un commentaire il y a 6 mois que je n’ai jamais retrouvé dans votre forum
    Il est possible que je n’ai pas fait la manoeuvre correctement, celle ci me semblant bien compliquée et moi pas très douée sur internet
    Je demandais si l’on peut être vraiment chrétiens et de droite ces 2 appartenances n’ayant pas des valeurs compatibles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s