Fillon réveille les cathos de gauche

La victoire de François Fillon serait celle de la droite catholique dynamisée par la Manif pour tous ? La réalité est bien plus complexe que ce que certains médias (de gauche comme de droite) veulent nous faire croire. Vincent Soulage scrute les réactions qui essaient de rétablir une part de vérité dans la vision du catholicisme actuel, et de réveiller un peu les cathos de gauche.

L'Obs du 15 déc 2016

L’Obs du 15 déc 2016

La Une provocatrice de Libération sur le réveil catholique reflète une interrogation qui touche en fait presque tous les médias. On a tellement répété que le catholicisme allait disparaître qu’à chaque fois qu’il relève la tête, on semble le redécouvrir. Du coup le « réveil » catholique devient un marronnier qui resurgit de façon cyclique, comme dans l’Express, ou dans l’Obs.

express

L’Express du 7 décembre

Cela n’empêche pas d’aborder le thème de façon intelligente. Les enquêtes des hebdos ne contiennent pas de révélations et sont souvent honnêtes. Les meilleurs médias savent solliciter de bons universitaires : Le Monde a interrogé Denis Pelletier[1] sur l’émergence d’une droite patrimoniale, et France Inter à consacré une émission de La marche de l’histoire à la France catholique depuis 1965.

Relativiser le poids du catholicisme dans le vote Fillon

Comme souvent, il faut être à l’intérieur pour mieux comprendre un phénomène, et c’est dans La Vie qu’on peut lire l’enquête à mon sens la plus complète et accessible (mais seulement aux abonnés). Elle fait une large part aux analyses fort éclairantes de Yann Raison du Cleuziou[3], publiée elles dans Etudes (en libre accès).

Tous convergent pour relativiser le poids du catholicisme dans le vote Fillon. Pour gagner, il ne s’est pas contenté de l’électorat catholique, et ce dernier ne se détermine pas uniquement en fonction de sa foi (les éléments sociologiques sont également très forts). Certes, il existe une minorité très active, conservatrice et identitaire ; de la Manif pour Tous à Sens commun, elle est capable de se mobiliser avec d’autres. Mais elle reste très limitée numériquement et ne doit pas masquer la diversité du catholicisme.

Cette diversité, on peut la retrouver grâce aux nombreuses réactions qu’ont suscitées, parmi les chrétiens de gauche, des interventions médiatiques trop réductrices.

Le piège de la dénonciation contre-productive

Le risque est grand qu’une partie de la gauche catho ne tombe dans le piège : en dénonçant en Fillon le parangon de la vieille droite catho conservatrice, elle tend à justifier l’assimilation entre le candidat LR et l’identité catholique. C’est la position malheureusement habituelle de Golias (http://golias-news.fr/article6491.html) , qui ne nous aide guère à construire quelque chose. Pas plus que les délires complotistes ou le point goodwin qui arrivent très vite dans les commentaires.

Parvis : une voix radicale mais marginale

Réuni en assemblée générale le week-end du 2nd tour, le réseau des Parvis (qui réunit des groupes contestataires – pour faire vite) a voulu faire entendre une autre voix en rappelant son interrogation :

Que dire, comment dire, pour que le message de Jésus de Nazareth transmis par les évangiles, message subversif de fraternité et d’humanisation, soit reconnu dans sa radicalité ?

L’intention est louable, mais on doit constater que ce réseau ne bénéficie pas de la même dynamique que ceux qu’il dénonce, et n’échappera pas à des remises en question (radicale ?).

Lui-même membre du réseau Parvis, le groupe FEDHLES a une réaction des plus explicite, refusant « l’utilisation politique du catholicisme » :

Nous y avons constaté le retour de thématiques conservatrices, voire réactionnaires, que l’on pouvait croire dépassées. (…) Dans le registre des pratiques politiques, nous avons été scandalisé/e/s par une instrumentalisation étonnamment décomplexée d’un catholicisme ultra-traditionnel qui semble se faire le porte-parole exclusif du catholicisme français. Nous redoutons le risque d’amalgame qui conduirait à confondre l’ensemble des catholiques, malgré la diversité de leurs choix et de leurs opinions, avec ce seul courant qui peut apparaître comme celui qui soutient une politique au profit des riches et au détriment des pauvres.

Mais face à ces craintes justifiées, l’appel à « inventer des pratiques nouvelles » est un peu court.

Le constat lucide de Christine Pedotti (TC et CCBF)

La rédactrice en chef de Témoignage Chrétien fait preuve de franc-parler… sur le portail catholique suisse :

Le conservatisme catholique a toujours existé. (…)  Or, ces mouvements ne sont pas la réalité des paroisses françaises. Elles sont toujours animées par des élans progressistes et sociaux. (…) Nous sommes devant une défaite idéologique. (…) Je nous accuse, les chrétiens de gauche, de naïveté et de paresse. Nous pensions que nos valeurs tombaient sous le sens.

On peut la rejoindre pour constater que, présents sur le terrain, paroissial et social, nous avons délaissé l’espace médiatique et intellectuel. Mais elle aussi est ici limitée dans ses propositions pour reprendre le ministère de la parole, alors que c’est nous qui sommes en phase avec le pape François.

Or l’enjeu est bien là : que les chrétiens de gauche retrouvent une capacité d’intervention dans le débat public. Pas facile à faire tant nos ressources (militantes et financières) sont aujourd’hui éclatées. Signe d’espoir, on l’a réussi pour lutter contre le FN à travers un numéro spécial de la revue Projet diffusé avec La Croix, qui avait fait dire au Monde « les catholiques de gauche se mobilisent contre l’extrème-droite ».

 

[1] Par ailleurs spécialiste du christianisme de gauche.

[3] Auteur en 2014 de Qui sont les catholiques aujourd’hui, dans lequel il propose un panorama du catholicisme autour de 12 figures.

Advertisements

Une réflexion au sujet de « Fillon réveille les cathos de gauche »

  1. Bonjour
    Je suis contente de lire qu’il y a des catholiques de gauche. Il y a peu de temps, j’ai entendu avec stupéfaction sur France Inter que les catholiques de gauches n’existaient plus!!!!…..
    On entend toujours parler des « catho de droite », ce qui m’exaspère car je pense que lorsqu’on est réellement catholique il n’y a que dans l’idéologie de gauche que l’on retrouve les valeurs d’amour des autres , de tolérance, d’entraide et de solidarité et où l’humain passe avant l’argent.
    Tout à fait d’accord avec le groupe FEDHLES qui dénonce les « catho de droite » comme soutenant une politique des riches au détriment des pauvres. Et en tant que catholique je suis outrée que M.Fillon, avec son programme pro riches, mette en avant sa confession catholique. Ce programme n’a rien de catholique !! Précision, de plus, très maladroite étant donné les difficultés rencontrées avec la communauté musulmane en France actuellement et qui ne peut que renforcer le malaise des musulmans.
    Je pense effectivement qu’il y a urgence à ce que les catholiques de gauche se fassent entendre et qu’un débat qui va bien au delà de celui de l’avortement et du mariage des gays ait lieu dans les médias
    Cordialement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s