Les évêques doivent-ils condamner le FN ?

Le score du FN pose question aussi à l’Eglise : doit-elle explicitement appeler à ne pas voter pour lui ? Intervenir pose de vrais problèmes théologiques et pastoraux aux évêques, mais certains ont eu le courage de le faire par le passé. Cette semaine, le magazine Pèlerin a interrogé Chantal Delsol (philosophe très marquée à droite), l’archevêque de Cambrai, notre camarade Philippe de Roux (des Poissons Roses), et Vincent Soulage.

Ce dernier développe ici sa réponse :  l’heure n’est plus aux hésitations, car il faut répondre au FN version Marine & Marion qui cherche à séduire l’électorat catholique.

Catéchisme des évèques de France vs tract FN

DR.

Quand on me demande si les évêques doivent intervenir pour condamner nommément le FN, ma réponse spontanée de militant est : oui, l’Eglise doit s’exprimer. D’abord, elle ne doit pas s’interdire d’intervenir en politique pour défendre ce qui lui apparait fondamental ; elle le fait d’ailleurs (trop timidement à mon gout) sur certaines thématiques précises (et pas seulement la défense de la famille). Surtout, le FN est, pour moi, à ce point opposé aux valeurs évangéliques (et pas chrétiennes car le terme est piégé) qu’on ne peut que le dénoncer. On peut discuter cette incompatibilité qui a déjà été dénoncée, par le passé (Mgr Decourtray, Lustiger, de Berranger…), mais ce n’est pas l’objet de ce billet.

Quid de notre liberté de vote difficilement acquise ?

En tant qu’historien, je suis plus gêné. La laïcité française s’est développée justement parce que l’Eglise catholique intervenait dans la vie politique, et dans un sens contraire à la République. Jusqu’aux années 60, l’épiscopat a donné des consignes de vote explicites ou implicites (au profit de partis conservateurs ou démocrate-chrétiens). Surtout, elle n’a eu de cesse de rappeler son hostilité au communisme. Les catholiques qui se sont rapprochés du PC ont du subir des condamnations fermes.

A partir de 1971, et encore plus de 1972, l’Eglise catholique a reconnu publiquement la liberté de vote et d’engagement des catholiques, même dans le camp du socialisme. Néanmoins, la condamnation du communisme, marxiste et athée, a perduré. Elle s’est même renforcée sous le pontificat de Jean-Paul II quand le Vatican était engagé dans une lutte géopolitique contre le bloc soviétique dans le cadre de la guerre froide. Chantal Delsol (dans Pèlerin) feint d’ignorer tout cela.

Les catholiques doivent se réjouir de cette liberté de conscience qu’ils avaient, dans la réalité, prise depuis longtemps. Elle n’a pas empêché les condamnations fermes de certaines positions politiques : communisme (mais cela appartient au passé), nationalisme, ultralibéralisme (en s’appuyant sur la pensée sociale).

Difficile de condamner le discours codé du FN

Pour en revenir au FN, il a toujours été difficile de prendre nommément parti contre lui d’autant qu’il n’a jamais assumé sa filiation idéologique. Logiquement, les interventions épiscopales se sont appuyées sur la dénonciation de l’idéologie nationaliste, raciste et xénophobe de Le Pen père.

C’est plus difficile aujourd’hui, Marine ayant lissé le discours, en tout cas celui qui est tenu en public. Après 30 ans de présence politico-médiatique, son discours fonctionne de manière codée pour toute une partie de son électorat. Son discours sur la laïcité ne vaut que pour l’Islam, pas pour notre catholicisme historique (travesti sous le terme de « chrétienté ») ; et son islamophobie n’est qu’un moyen de recycler son racisme envers les arabes (et aussi un peu les noirs). Il n’en reste pas moins qu’il est difficile d’attaquer le discours lepéniste policé comme contraire aux valeurs évangéliques ou républicaines.

Mais en tant qu’observateur catholique, je dirai le contraire : il y a urgence à ce que l’Eglise redise toute sa méfiance envers un parti qui s’est lancé dans une tentative de séduction éhontée de l’électorat catholique. Le PCF avait en son temps tenté la « main tendue », sans guère de succès.

Séduire certains catholiques par un conservatisme sociétal

Le FN et les réseaux catholiques qui (malheureusement) en sont proches savent depuis longtemps que les positions sociales du FN lui interdisent toute proximité avec la pensée catholique. Sa conception très restreinte de la fraternité humaine ne peut qu’heurter notre christianisme, universaliste et cosmopolite depuis ses origines.

L’anticommunisme viscéral et historique fonctionne encore dans certains milieux. La réponse de Chantal Delsol à Pèlerin en est une caricature. Mais c’est surtout sur le terrain sociétal que se portent leurs efforts depuis au moins une vingtaine d’année : défense de la famille traditionnelle (et paternaliste), homophobie latente, lutte contre l’IVG au nom de la défense de la vie (mais dans le même temps justification du retour de la peine de mort)… Toutes ces thématiques sont (plus ou moins) mobilisés pour faire croire que le FN est le parti le plus en phase avec l’Eglise.

Et ça marche, auprès de personnes âgées ou des milieux catholiques conservateurs qui adhèrent à la vision aberrante des « points non négociables ». Ceux-ci sont souvent réduit à trois[1] : défense de la vie, protection de la famille, droit d’éduquer ses enfants. Ne retenir que ceux-ci, comme l’a fait le diocèse de Fréjus-Toulon (sur le site de l’OSP), c’est attacher le vote catholique à droite, voire à l’extrème-droite.

Une laïcité détournée et récupérée

Cette dernière a rajouté une corde à son arc depuis quelques années, en développant une vision très particulière de la laïcité, tournée quasi-exclusivement contre l’Islam et défendant notre héritage de la chrétienté. Passons sur la confusion entretenue entre christianisme (une religion avec de nombreuses variantes) et chrétienté (organisation sociale fondée sur un certain catholicisme)[2]. Ce discours trouve un écho dans un catholicisme français fragilisé car en recul et en butte à l’hostilité de certains acteurs sociaux (cette cathophobie plus fantasmée que réelle).

Dernière étape, alors que la fille Le Pen adoptait des positions prudentes sur certains sujets sensibles, la petite fille drague quasi-ouvertement l’électorat catholique. Elle assume sa foi (je me demande d’ailleurs comment on peut se revendiquer de la même Eglise), fréquente les lieux catholiques (comme l’OSP où sa visite avait fait scandale), et n’hésite pas à envoyer des signaux aux réactionnaires. Derniers en date, les menaces récentes contre le planning familial qui sont des appels du pied évidents aux anti-IVG.

Le pire dans cette histoire, c’est que cette OPA hostile est en train de fonctionner. Alors que les catholiques pratiquants semblaient mieux résister aux sirènes du FN que le reste de la population, même eux se mettent à voter à l’extrème-droite (selon l’enquête post-électorale de Pélerin). C’est pour cette raison qu’une intervention épiscopale forte est aujourd’hui indispensable

[1] Les curieux peuvent lire la mise au point courte et critique d’Isabelle de Gaudmyn : http://religion-gaulmyn.blogs.la-croix.com/points-non-negociables/2012/04/04/

[2] Les journalistes, y compris religieux, ferait bien d’apprendre à distinguer ces deux notions. Même wikipédia le fait.

Publicités

3 réflexions au sujet de « Les évêques doivent-ils condamner le FN ? »

  1. Vincent, sur bien des points je peut rejoindre ton analyse et notamment sur l’incompatibilité qu’il y a pour moi entre certaines idées défendues par le FN et les valeurs de l’Evangile. Pour autant, à te lire, je me pose deux questions : la première pour me demander comment nous en sommes arrivés là, la seconde pour m’interroger sur la portée d’une telle condamnation.

    Concernant le vote FN je pense que nombre de catholiques partagent un certain nombre des raisons évoquées par l’ensemble de cet électorat peur du terrorisme, de l’insécurité, du chômage et de la paupérisation d’une partie de la société Française. Pour autant, je ne puis ignorer que ce vote FN séduit particulièrement une tranche d’âge plutôt jeune (18 ans – 35 ans) dans des milieux qui ne figurent pas parmi les plus menacés.

    Et là, je crois très honnêtement que la gauche paie en grande partie son discours laïciste consécutif à chacune des attaques terroristes qui ont marqué, hélas, la capitale au cours de l’année. Comme si la paix civile ne pouvait naître que de la négation des identités religieuses dans l’espace public. Comme s’il était nécessaire de tenir les cathos en respect pour mieux museler les musulmans… comme si, au final, le terrorisme islamiste avait quelque chose à voir avec le port du voile (je ne parle pas du voile intégral) ou certains interdits alimentaires. Je persiste à penser que cette lecture de la laïcité n’a rien à voir avec la lettre de la loi de 1905 et qu’en prétendant combattre le communautarisme elle a, pour principal effet, de le renforcer. Absurde donc, à l’image des récentes préconisations de l’Association des maires de France que j’ai, pour ma part, dénoncées sur ce blogue.

    Concernant les jeunes catholiques, il me semble évident que la séduction opérée, moins par Marine le Pen que par sa nièce Marion, est une conséquence directe des combats de 2013 contre la loi Taubira et la suite de la mobilisation des Manifs pour tous. Toi et moi, avec nos amis Eric Vinson et Didier da Silva, avons été à l’initiative, à l’automne 2012, sur ce blogue, d’une pétition redisant notre ancrage à gauche mais appelant le gouvernement à ne pas chercher à « passer en force » sur deux promesses de campagne (21 et 31) qui nous semblaient de nature à diviser profondément le pays. L’une concernant le mariage pour tous, l’autre la fin de vie. Cette initiative a été contestée par certains de nos amis qui se sont librement exprimés sur ce site comme ils en avaient parfaitement le droit.

    Il n’empêche : la gauche paie aujourd’hui, auprès de cet électorat, le sentiment d’avoir été méprisé. Sur ce point également j’ai eu l’occasion de m’exprimer dans un billet récent relatif au livre de Virginie Tellenne.

    Tout ceci me conduit à penser que, sauf démarche individuelle de tel ou tel, les évêques ne répondront pas à une quelconque forme de « sommation » les appelant à condamner le vote FN et que, le feraient-ils, cela ne servirait strictement à rien d’autre qu’à prendre date et pouvoir, un jour, témoigner qu’ils ne se sont pas tus. Mais tu me diras que ce n’est déjà pas si mal. Je ne prendrai qu’un seul exemple : vouloir, comme l’annonce Marion Maréchal le Pen, supprimer toute subvention régionale au planning familial est une provocation sans doute inacceptable. Mais ce n’est finalement qu’une manière, pour une partie de l’opinion, de manifester son désaccord avec les dérives successives de la loi Veil que l’épiscopat n’a cessé de dénoncer depuis des lustres.

    Il y a une forme de vertu, de la part de certains évêques, a vouloir maintenir le principe exigeant d’une dialogue ouvert et confiant entre les catholiques et la société lorsqu’un gouvernement, sa majorité et les médias qui le soutiennent donnent quotidiennement le sentiment de n’en avoir rien à f…. Comment s’étonner, dès lors, de voir certains titres de la presse catholique développer l’analyse d’une Eglise comme contre-culture ? Comment se prétendre surpris de lire dans une enquête récente du Figaro Magazine : « Les nouveaux catholiques ne veulent pas dialoguer avec le monde, ils veulent l’affronter » ?

    De nombreux ouvrages récents, souvent publiés par des intellectuels de gauche, analysent fort justement cet échec intellectuel de la gauche que confirment les résultats électoraux et la montée en puissance d’une pensée sinon réactionnaire, du moins conservatrice. Une pensée qui, de mon point de vue, ne peut pas être condamnée en bloc. Mais je sais d’expérience qu’il y a surtout des coups à prendre lorsqu’on refuse à se situer dans un camp bien identifié.

    J’ai été à la fois trop long et insuffisamment nuancé. Mais au risque de la provocation, je dirais que la gauche est en train de payer, pour une part, au niveau de l’électorat catholique, le mépris qu’elle ne cesse de manifester vis à vis des « chrétiens sociaux » – je pense au refus de la main tendue à François Bayrou au lendemain de la présidentielle. Non que ce public-là vienne renforcer les rangs du FN, mais il est probable qu’il restera mesuré dans la condamnation d’une dérive FN de certains catholiques, aussi longtemps que sa propre dénonciation d’une dérive libéralo-libertaire, par bien des aspects immorale, de la gauche au pouvoir ne sera ni entendue ni prise en compte.

    • Merci René. Oui ton commentaire est long, il n’en est pas moins pertinent. Je suis d’accord avec bcp de choses (même s’il faudrait nuancer qlq points comme tu en es conscient). Ce n’est pas pour rien que nous retrouvons à partager ce blog.
      On est dans l’urgence, et donc dans les postures. Elle n’aurons guère d’effet dans l’immédiat, mais il faut investir pour l’avenir. Et pousser l’Eglise à adopter une position ferme à l’égard du FN, et surtout de tout ceux qui essaie de faire de la politique uniquement à partir des points non négociables.
      Et à gauche il nous faut faire évoluer la vision caricaturale de la laïcité. La-dessus, on a bcp de boulot.

  2. Comme beaucoup je croyais que c’était des vieux qui votaient » Le p’haine » jusqu’au résultats de sondages qui nous disent que ce sont majoritairement de jeunes. Alors condamnation par les évêques ou pas ils s ‘en foutent… Il me parait plus urgent de nous donner une analyse sérieuse de la débandade de la gauche…Sera-t-il dit qu’à chaque fois qu’elle arrive au pouvoir elle termine en quenouille. Vu mon âge je me disais que je ne verrais pas l’avènement du « F’haine » mais si ! et il va s’installer aux manettes…Alors paroles des évêques ou pas ça ne changera pas grand chose et de toutes façons , dans ce parti, ils sont assez habiles pour tirer les draps à leurs profits si les évêques parlent…
    Ceux de Fréjus , de Bayonne et autres lieux doivent jubiler. Drôle d’époque…Hollande est peut-être incompétent en certains domaines, mais il est courageux et je dirai comme Voltaire : » c’est à celui qui domine sur les esprits par la force de la vérité et non à ceux qui font des esclaves par la violence, que nous devons le respect…. J.B.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s