Quand la droite perd sa boussole démocratique

La position à l’égard du FN n’en finit plus de susciter des débats à droite. L’UMP se déchire en interne car militants comme responsables se montre de plus en plus sensibles aux sirènes de l’extrême-droite. Les prochaines élections départementales vont susciter des centaines de cas semblables à la récente législative dans le Doubs. On peut déjà prédire que sur le terrain, et malgré les engagements de Sarkozy, on trouvera de nombreux candidats (et plus encore d’électeurs) qui noueront une alliance tacite avec le FN. Vincent Soulage s’interroge : comment la droite française a pu à ce point perdre le sens de la vrai démocratie ?

Image 123RF (c)

Soyons clair d’emblée : le FN n’est pas attaché à notre démocratie. Ce parti d’extrème-droite[1], s’il s’inscrit dans le jeu électoral, n’est en rien un parti démocratique : népotisme à tous les niveaux[2] financement opaque (voir frauduleux, une partie de l’argent étant récupéré par les micro-partis de la famille Le Pen), quasi-omnipotence du président, transmission héréditaire de la fonction… Et je ne parle pas du discours qui ne défend ni la liberté (en voulant une société plus policière), ni l’égalité (puisqu’il y aurait de faux français), ni encore moins la fraternité (au mieux réduite à une partie de la population).

Est-ce suffisant pour l’interdire ? Non bien sûr, sinon les tribunaux l’aurait fait depuis longtemps. Faut-il s’y opposer politiquement si l’on est un tant soit peu attaché à notre système démocratique ? Je suis convaincu que oui. Et les Eglises ne s’y sont pas trompées, en prenant ces dernières années des positions très critiques à l’égard du FN. On peut citer l’exemple de Mgr Simon (et de sa déclaration de 2002) qui a analysé le Front National comme le retour d’une forme de paganisme fondamentalement anti-chrétien.

La droite fait du FN un parti fréquentable

Ce qui me désole c’est qu’une partie de la droite semble avoir perdu ce sens de la démocratie et fait du FN un acteur politique fréquentable.

Le rapprochement a d’abord été purement électoral, à l’initiative de certains leaders de la droite en difficulté. Ce fut le cas dès 1983 à Dreux[3] ou en 1998 dans plusieurs régions[4]. Le plus souvent, les directions nationales ont désavouées des responsables et militants locaux avides de succès électoraux. Ceux qui ont persévéré ont été marginalisé ou sont même devenus des serial looser comme Charles Million (et son micro-parti : Droite Libérale et Chrétienne !). Mais la tentation est de plus en plus forte, et on mesure bien dans les sondages comme au contact de militants de droite que l’alliance avec le FN est de plus en plus souvent vu comme le sésame d’un retour rapide au pouvoir face à une gauche honnie.

Plus inquiétant encore, ce tropisme extrême-droitier n’est pas seulement guidé par des intérêts électoraux. Sur fond de « crise des valeurs », il y a un rapprochement dans les thématiques et les positions qui sont adoptés. Du ministère de l’identité nationale aux délires sur le pain au chocolat[5], l’UMP nous a malheureusement habitué à des discours reprenant une partie de l’argumentaire du FN.Dernière polémique en date, la suppression des repas de substitution à la cantine (si le menu principal comprend du porc) vise explicitement à stigmatiser les populations musulmanes pour séduire l’électorat raciste.

De sondages en sondages, la part des électeurs de droite qui sont prêts à faire alliance avec eux progresse, expliquant que depuis 1992 la logique du cordon sanitaire puis du front républicain (qui toutes deux reposent sur une mise à part du FN) ont de moins en moins d’adeptes à droite. Déjà Sarkozy avait imposé le ni-ni, qui refusait de donner une consigne de vote et laissait ses électeurs choisir en conscience. Mais même cette position ne convient plus à la majorité de l’UMP qui désormais refuse de choisir entre PS et FN. Mais comment, comment des démocrates peuvent-ils ne pas voir la différence fondamental entre ces deux partis ? entre ceux qui ont toujours défendu la démocratie[6] et ceux dont la conversion est trop récente pour n’être autre chose qu’une simulation ?

Et la gauche ?

La gauche (si l’on exclu quelques minoritaires extrémistes) n’a jamais varié dans ses positions. Valls l’a parfaitement exprimé : en 2002 nous n’avons pas hésité (ou tout au plus quelques minutes) à voter et faire voter pour un candidat qui n’était pas de notre bord politique. A chaque fois qu’un candidat a refusé de se désister en faveur du candidat républicain le mieux placé pour battre le FN, il a été exclu.

Mais comment pouvons-nous continuer à tenir cette position alors que justement la droite ne cherche plus à maintenir le FN en dehors de l’arc républicain ? Oui, le Front Républicain est en train de mourir, mais c’est l’UMP qui l’a tué.

 

[1] Qualification sur laquelle tout le monde s’accorde à l’exception des intéressés, ce qui n’est pas une surprise.

[2] Le choix des responsables et candidats se fait par copinage et fidélité au clan dominant ; il n’y a que très peu de votes internes.

[3] L’élection municipale partielle de Dreux a vu l’émergence du FN avec lequel le RPR s’est allié pour emporter la mairie.

[4] Plusieurs présidents de région, tous issus de l’UDF, se sont faits élire avec les voix FN contre des majorités relatives de gauche. Pour éviter cette situation, le mode de scrutin a été modifié avec une prime majoritaire.

[5] JF Copé, alors président de l’UMP, avait évoqué un petit français se faisant voler son pain au chocolat par de jeunes musulmans pendant le ramadan. Il s’était alors couvert de ridicule.

[6] Ancêtre du PS, la SFIO est le seul parti qui a exclue sans tergiverser les parlementaires ayant voté les pleins pouvoirs au maréchal Pétain en 1940.

Publicités

5 réflexions au sujet de « Quand la droite perd sa boussole démocratique »

  1. Fort bien mon cher Vincent, mais je trouve que tu dédouanes un peu facilement la gauche de cette montée du FN. Si tu ne l’as déjà lu, je te conseille – et je conseille à nos amis – la lecture de « L’insécurité culturelle », de Laurent Bouvet, chez Fayard. Voilà bien le livre le plus lumineux qu’il m’ait été donné de lire sur l’effondrement actuel de la gauche et la poussée du Front National. Ou comment la gauche, ralliée au libéralisme, a renoncé à être une force de transformation sociale au service du peuple pour devenir une force d’amélioration sociétale de la situation de quelques minorités… pour le plus grand profit du FN. Ca fait mal mais c’est à lire d’urgence !

    • Oui, René, je suis bien d’accord pour reconnaître que la gauche porte une part de responsabilité dans la montée du FN. Du n’est pas le premier à me parler du livre de Bouvet et ce que j’en ai lu que convient tout à fait.
      Reste que, dans la vie politique, le PS a toujours été très claire dans son positionnement de totale hostilité à l’égard du FN (avec parfois une pointe d’hypocrisie), quitte à faire voter pour la droite si besoin. L’UMP n’a plus cette clarté et c’est plus que regrettable.

  2. vincent, soit vous êtes manipulateur, soit vous êtes d’une naïveté affligeante… ce que je vous souhaite d’être.

    • Quand on lance de telles accusation, il est préférable d’argumenter un peu son propos. Sinon, vous passez juste pour un troll.

      • Le ton de votre remarque est incorrect, vincent. Ceci dit, puisque vous me le « suggérez », je vous réponds.
        Agiter un épouvantail que l’on a utilisé jadis pour diviser la droite et gagner le pouvoir, agiter le même épouvantail aujourd’hui pour la décrédibiliser maintenant que cet épouvantail devient difficilement gérable (quoique, les médias veillent), voilà ce que vous faites.
        L’appellation « chrétiens de gauche » ou « chrétien de droite » ou « chrétiens du centre » ou « chrétiens de l’extrême droite » est un contre-sens par rapport à l’enseignement de Jésus-Christ (Luc 20 : 25). Ne réunissez donc pas ce que Jésus-Christ a séparé. Revenez à Lui.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s