A cause de Lui, je voterai la loi Veil (E Claudius Petit)

Comment les catholiques français peuvent-ils se positionner à l’égard de la loi Veil dont on fête l’anniversaire. En sont-ils des adversaires résolus à l’instar de l’épiscopat d’outre-Pyrénées ? ou bien ses derniers défenseurs comme l’affirmait La Vie en janvier (avec un brin de provocation) ? Vincent Soulage nous propose de redécouvrir le discours d’Eugène Claudius-Petit, alors député centriste et catholique.

Eugène Claudius-Petit, Photo assemblee-nationale.fr

Dans le flot commémoratif qui accompagne l’anniversaire du vote de la loi Veil dépénalisant l’IVG, j’ai découvert un discours qui me parait encore très actuel par certains aspects. Ce n’est pas celui d’un député de gauche mais d’Eugène Claudius-Petit, figure du centrisme français[1].

Formé dans le catholicisme social (notamment à la Jeune République de Marc Sangnier), il participe à la résistance puis rejoint à la Libération l’UDSR, petit parti centriste ou il siège aux côté de F Mitterrand. Ministre du logement pendant une bonne partie des années 50, il initie le mouvement de construction massif de logements sociaux, auquel le fameux hiver 54 donnera un coup d’accélérateur.

Sous la Vème République, il est à plusieurs reprises élu député sous différentes étiquettes centristes, d’abord opposé au gaullisme puis s’en rapprochant. En 1974, son groupe a intégré la majorité de centre droit de Giscard d’Estaing.

Lors du débat sur la loi Veil, il est le dernier orateur à prendre la parole. Et elle est attendue car c’est une personnalité respectée et connue pour être un catholique fervent, donc a priori opposé à la loi comme l’épiscopat.

Son discours est long[2], ponctué d’un certain moralisme (par exemple sur la place de l’homme) et d’attaques contre les communistes (on est encore en pleine guerre froide). Mais il ne cache pas sa foi : « J’avoue qu’avant d’entrer dans cet hémicycle, je ne laisse pas au vestiaire ma dépouille spirituelle. J’ai trop besoin de cette source sans fin pour guider ma démarche, ma recherche du bien commun. (…) «

Mais c’est surtout sa conclusion qui m’a frappé (encore plus lorsqu’on la voit prononcé à l’écran par un Bernard Menez méconnaissable) :

En conclusion, et précisément parce que je n’ai pas laissé au vestiaire mes convictions spirituelles, je ne peux pas me défaire de la solidarité qui me lie à la société dans laquelle je vis. Pour obéir à mes exigences, je suis avec ceux qui souffrent le plus, avec celles qui sont condamnées le plus, avec celles qui sont méprisées le plus. Et je serai près d’elles parce que, dans le regard de la plus désemparée des femmes, dans celui de la plus humiliée, de la plus fautive, se reflète le visage de Celui qui est la vie. À cause de cela, à cause de Lui, je prendrai ma part du fardeau. Je lutterai contre tout ce qui conduit à l’avortement, mais je voterai la loi.

Peut-on imaginer la réaction de J-L Mélenchon si un tel discours était aujourd’hui tenu à l’assemblée ?

[1] Pour plus d’infos, on peut lire sa notice Wikipédia qui contient quelques erreurs factuelles : http://fr.wikipedia.org/wiki/Eug%C3%A8ne_Claudius-Petit

[2] On peut le relire en intégralité dans les archives de l’assemblée nationale : http://www.assembleenationale.fr/histoire/interruption/1974-11-28-2.pdf, pages 12 à 14.

 

Publicités

4 réflexions au sujet de « A cause de Lui, je voterai la loi Veil (E Claudius Petit) »

  1. Laissez venir à moi les tout petits…?

    Depuis la loi Veil, la France, chaque année, libère ainsi plus de 220 000 femmes de l’horreur de la maternité non désirée…

    • Elle les libère surtout des risques d’avortement mal réalisés, dangereux pour elles comme pour les enfants. Mais je ne pense pas vous convaincre.

  2. À l’occasion du décès de Simone Veil, j’ai entendu à la télé l’extrait du discours de M. Claudius-Petit qui m’a profondément ému et réconforté après les horreurs entendues de la part de prétendus chrétiens !
    J’ai voulu connaître mieux cette personne et j’ai découvert votre site avec Joie. Merci à vous.

    • Merci de ce commentaire encourageant pour notre initiative. J’avais, comme vous, redécouvert un peu par hasard la figure d’E Claudius-Petit. J’avait été très touché par son discours aux accents d’autant plus iconoclastes qu’on était en pleine manif pour tous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s