Mélenchon comprendra-t-il un jour la laicité ?

Jamais avare de déclaration provocatrice, J-L Mélenchon s’est élevé contre la (courte : 4h) venue du pape devant les parlements européens de Strasbourg, la jugeant contraire à la laïcité. Pour Vincent Soulage, c’est une preuve supplémentaire qu’une partie de la gauche s’enferme dans une définition exagérément restrictive de la laïcité qui ne permet pas de répondre aux défis actuels. Ils sont heureusement de plus en plus isolés, y compris au parlement français.

 

Photo © REMY DE LA MAUVINIERE / POOL / AFP, repise sur Lavie.fr

Pour Mélenchon, cette visite « cléricale » serait « contraire à la laicité » et déshonore le président du parlement européen (le social-démocrate Martin Schultz) à l’origine de cette invitation (article dans La Vie). Encore une fois, le leader du Front de Gauche, seul contre le reste de l’Europe, ne veut conserver de la laïcité qu’une définition exagérément restrictive qui conduit à exclure le religieux de l’espace social.

Qu’il soit le seul sur cette position ne l’a pas empêché d’être largement repris dans des médias toujours complaisant à l’égard des défenseurs de cette laïcité, pardon de ce laïcisme bien français. Pour eux, et à la différence de ce qu’en savent les historiens, la loi de 1905 n’a pas été une loi d’apaisement mais une loi de lutte de la République contre les religions. Non seulement l’État devrait être neutre sur le plan religieux (c’est le fondement de la loi) mais aussi séparé le plus possible des Églises (en bannissant les accommodements existants) et même refuser au religieux toute présence dans l’espace public. C’est avec ce genre de raisonnement qu’on en vient à supprimer les crèches et sapins de Noël (mais pas le père Noël puisqu’il n’est pas religieux, ayant été popularisé par les grandes entreprises comme Coca-Cola).

Même dans sa famille politique, cette position est critiquée, à l’exemple de Marie-Georges Buffet, députée communiste de Seine-Saint-Denis et qui recommande à Mélenchon de lire le pape avant de le critiquer (article Le Lab d’Europe1). Et de citer son message du 1er mai : « Ne pas verser un salaire juste, ne pas donner du travail parce que l’on regarde dans une entreprise que les profits, tout cela est contraire à Dieu. »

Loin de triompher en France (heureusement), cette laïcité restrictive qui confine à l’anti-religieux s’est aussi très mal exportée. Ceux qui ont voulu s’en faire les chantres au Québec[1] en promouvant une « charte des valeurs » ont été sévèrement battus aux dernières élections législatives.

Rééquilibrer les critiques entre religions ?

Si on avait l’esprit un peu tortueux, on pourrait imaginer qu’il s’agit, par cette attaque gratuite, d’une façon de rééquilibrer entre religions. Le Front de gauche est très proche de syndicats qui ont exprimé des critiques très fortes à l’encontre de la ministre de l’éducation qui a commis l’outrage de permettre à des mamans voilées d’accompagner des sorties scolaires (tant que cela ne nuit pas à la sécurité des enfants bien sûr).

La position de Mme Vallaud-Belkacem est pourtant la seule raisonnable, qui concilie à la fois l’ordre public (le voile n’est pas interdit), la laïcité de l’État (les parents même accompagnateurs ne sont pas des agents publics) et la possible intégration (les refuser encourage ces mères à la marginalisation et au communautarisme).

Les responsables de l’observatoire de la laïcité, très sérieux organisme gouvernemental, ont pris position très clairement pour soutenir la ministre contre les critiques qui fusent à droite (il fallait s’y attendre, la laïcité ouverte de Sarkozy ne va pas jusqu’à l’islam) comme à gauche (on ferait pénétrer l’hydre religieuse dans ce temple de la laïcité qu’est l’école). Le titre de leur tribune est explicite : « Mères voilées et sorties scolaires: mettons un terme à l’instrumentalisation de la laïcité » (à relire sur Le Plus de l’Obs).

Le sénat dit Oui au fait religieux à l’école

Signe encourageant, les sénateurs ont eu aussi compris l’importance du fait religieux au point d’affirmer qu’il est indispensable qu’il soit enseigné à l’école. C’est ce qu’affirme un récent rapport, cosigné par Esther Benbassa, sénatrice écologiste avec qui j’ai eu de nombreux désaccords (en raison de ses positions libertaires) mais qui est aussi directrice d’étude à l’EPHE (dans ma section, celle des sciences religieuses).

Ce qu’ils disent n’est pas très original. Le rapport Debray le disait déjà il y a plus de dix ans et des initiatives de terrain, comme celle de l’association Enquête, montrent bien son utilité. Mais cela a visiblement encore de mal à rentrer dans toutes les têtes.

Vincent Soulage

[1] La société québécoise a connu une évolution comparable à celle de la France mais en plus rapide. L’Église catholique y était très influente jusqu’aux années 60 ou elle été rapidement marginalisé notamment dans les secteurs éducatifs et hospitaliers. La pratique et la demande de sacrement se sont aussi effondrées.

Publicités

5 réflexions au sujet de « Mélenchon comprendra-t-il un jour la laicité ? »

  1. « C’est avec ce genre de raisonnement qu’on en vient à supprimer les crèches et sapins de Noël « , peut on lire.

    Vous aussi vous ne semblez pas avoir compris toutes les subtilités de la loi de 1905. Dans certains cas, ces crèches de noël sont interdites. A ce sujet, on ne saurait donc trop vous recommander de relire l’article 28 de la loi de Séparation : http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000006070169&dateTexte=20080306

    • L’article 28 est logique (et même souhaitable), mais il doit, comme le reste, pouvoir souffrir d’exception. Dans certaines régions, notamment dans l’Est, l’installation de crèches en dehors des espaces voués au culte répond plus à une tradition populaire qu’à du prosélytisme. C’est en ce sens que toute interdiction systématique devient difficile à comprendre, sauf à faire table rase de notre héritage judéo-chrétien.
      Merci pour votre commentaire constructif.

      • Vous confirmez ce que je disais dans mon commentaire précédent : « la loi de 1905 est subtile et il est nécessaire de bien la comprendre »

        Explications : 1.rappelons d’abord que la laïcité s’applique à la puissance publique et rien d’autre. Autrement dit, l’article 28 interdit à une MUNICIPALITE d’installer une crèche de noël. La jurisprudence en la matière est là pour le rappeler : http://actu.dalloz-etudiant.fr/fileadmin/actualites/pdfs/DECEMBRE_2010/_File.pdf

        2.Par contre, l’article 28 n’interdit pas à une association cultuelle, culturelle ou de commerçants, par exemple, de vouloir installer, de façon provisoire, une crèche de noël. En vertu de la loi du 2 janvier 1907, une association régie par la loi du 1er juillet 1901 peut demander à utiliser un espace public pour un usage cultuel. Il suffira à ces associations d’en faire la demande auprès de la municipalité qui devrait l’accepter sous certaines conditions ( des considérations d’ordre public. On demandera, par exemple, de ne pas faire de prosélytisme). Il va s’en dire que pour l’occasion ces associations ne doivent pas recevoir aucune aide directe ou indirecte ( un local municipal par exemple) sous peine de contrevenir à l’article 2 de la loi de 1905.

        il va s’en dire que cela est valable pour tout les cultes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s