La religion dans À la Maison blanche (et dans quelques autres séries politiques) (1/5)

Les séries télévisées font partie de notre quotidien, surtout celles qui viennent des Etats-Unis. Certaines parlent de politique, et parfois même de religion. Reflètent-elles les tensions qui traversent nos sociétés ? Quelle articulation en est proposé ?

La religion dans les séries politiques, une mini-série en 5 épisodes, en juin tous les mercredis sur A la table des chrétiens de gauche, proposée par Vincent Soulage.

Les séries télévisées fonctionnent à la fois comme révélateur et comme producteur des imaginaires collectifs. A ce titre, elles constituent un observatoire pertinent des relations entre le politique et le religieux, en particulier lorsqu’il s’agit de séries politiques.

On peut définir ces dernières comme des séries télévisées ayant pour cadre le monde politique et adoptant un mode de traitement sérieux. Les séries humoristiques comme Spin City (1996-2002) n’entrent donc pas dans le champ de cet article, de même que Commander in chief (2005-2006) trop centré sur les déboires personnels du personnage principal (par ailleurs présidente des Etats-Unis). Le site de Télérama a mis en ligne un visuel interactif « Quand les séries s’emparent du pouvoir » qui propose un excellent panorama des séries politiques depuis vingt ans.

Une série exceptionnelle : The West Wing

Dans cette catégorie, une production reste inégalée par sa qualité : The West Wing (diffusé sur NBC entre 1999 et 2006), devenu en France À la Maison blanche. Elle fut la première à raconter, pendant 7 saisons, la vie d’un président démocrate, Jeb Bartlet, et de ses proches collaborateurs. Le traitement, à la fois sérieux et optimiste de la vie politique étatsunienne [1] fait de cette série à la fois un précurseur et une référence. C’est le constat, par exemple, d’Oriane Hurard, (« Les séries politiques : entre fiction et réalité » sur le site d’Arte), et cela explique que la série soit l’objet des 5e journées Philoséries en juillet 2013 [2].

La série À la Maison blanche présente pour nous l’intérêt de faire de la question religieuse un axe majeur de sa trame tout en développant un traitement original. Celui-ci est évident dès le pilote (c’est-à-dire le tout premier épisode) qui porte à l’écran les relations complexes et tendues entre l’administration démocrate et les réseaux chrétiens conservateurs.

L’importance politique de ces réseaux et les gestes du président Bartlet à leur égard sont rappelés à plusieurs reprises, et l’épisode se conclut par une passe d’arme violente qui manifeste toute l’hostilité que se portent ces acteurs politiques. D’ailleurs, Barlet fait sa première apparition en citant la Bible, comme on le voit dans cet extrait.

Des séries étatsuniennes mais aussi européennes

Si les articles suivants vont naturellement se concentrer sur la série de référence, il est essentiel d’élargir le propos par le recours à d’autres productions plus récentes mais de moindre renommée. Je ferai pour cela appel à deux séries étatsuniennes qui ont en commun de s’intéresser également au sommet de l’Etat américain et d’être diffusé sur Canal+ ; les lecteurs avertis auront reconnus House of Cards et Scandal. Deux autres séries, européennes cette fois (Borgen bien sûr et Les hommes de l’ombre), seront utilisées pour procéder à une comparaison transatlantique et mieux relever l’originalité des productions nord-américaines.

C’est donc dans un corpus de 5 séries politiques que je chercherai la place accordée au religieux. Car, à rebours de tous ceux qui prédisait sa fin, il faut reconnaître que le religieux reste une dimension importante dans nos existences, même s’il se transforme [3]. Il continue à susciter des interventions sociales, aux Etats-Unis bien sûr mais aussi en Europe. Les mobilisations contre le mariage homosexuel puis le soi-disant enseignement de la théorie du genre nous l’ont douloureusement rappelé. C’est pourquoi j’aborderai les séries politiques comme le reflet des tensions qui traversent nos sociétés dans le rapport entre politique et religieux, en cherchant quels modèles d’articulation en sont proposés.

Les épisodes à venir (alerte spoiler)

Dans cette série d’article, je m’intéresserai d’abord à la place qu’occupe le religieux dans les séries évoquées, en relevant la fracture entre les deux rives de l’Atlantique.

Dans les épisodes suivants, j’examinerai successivement les deux types de postures généralement rencontrées. L’une, intégraliste, défend une quasi-fusion des deux champs et est tenue par les courants dits évangéliques. Mais d’autres postures manifestent inversement le détachement entre politique et religieux.

Enfin, le dernier acte prêtera attention aux figures originales qui révèlent une situation en mouvement.

Comme une bonne série ne se conçoit pas sans cliffhanger, je vous donne rendez-vous mercredi prochain pour entrer dans le vif du sujet. Pour vous faire patienter, voici quelques ressources utiles, qui m’ont servi pour ces articles, et qui sont presque toutes disponibles en ligne.

 

Quelques références

D’abord une référence d’autant plus incontournable que le livre est synthétique : Froidevaux-Metterie Camille, Politique et religion aux États-Unis, Paris, La Découverte, coll. Repères, 2009, 123 p. (cette collection est équivalente aux Que sais-je)

Le carnet de recherches: A la maison blanche. Politique, culture et élections aux Etats-Unis est blog scientifique et collectif hébergé par la plate-forme Hypothèses et tenu par des universitaires canadiennes. On peut lire deux articles de 2012 particulièrement intéressants : « La religion et la politique » et surtout « In God we trust ».

 

Des articles universitaires très utiles :

Deysine Anne, « Obama, homme providentiel ? », Parlement[s], Revue d’histoire politique, mai 2010, n° 13 à Une analyse approfondie des nouveautés introduite par Obama.

Harding Susan, « « GetReligion » », Terrain. Revue d’ethnologie de l’Europe, septembre 2008, no 51 à Une bonne description de la droite religieuse qui relève également le retour d’une gauche religieuse.

Richet Isabelle, « Religion et politique aux États-Unis : une pas si sainte alliance », Hérodote, juillet 2002, vol. N°106 à Une vision qui intègre la dimension géopolitique et rappelle l’implication croissante des évangéliques en politique.

Zambiras Ariane, « La religion dans les élections du 4 novembre 2008 aux États-Unis : annonce d’une nouvelle donne ? », Revue française d’études américaines, juin 2009, n° 119 à Titre explicite pour un article très intéressant.

Robert N. Bellah, « La Religion civile en Amérique (Civil Religion in America) », Archives des sciences sociales des religions, 1973, vol. 35. à l’article fondateur sur la position exceptionnelle du président des Etats-Unis d’Amérique.

Deux livres pour ceux qui veulent aller plus loin :

Chelini-Pont Blandine, La droite catholique aux États-Unis: de la Guerre froide aux années 2000, Presses Universitaires de Rennes, 2013, 372 p.

Fath Sébastien, Dieu bénisse l’Amérique: la religion de la Maison-Blanche, Éd. du Seuil, 2004, 297 p.

Vincent Soulage

Note : pour la facilité de lecture, les référence sont noté s.ep (2.06 signifie saison 2 épisode 06). Les vidéos mises en ligne sur Youtube le sont en vertu du droit de citation courte dans un but scientifique. La plate-forme abrite déjà de nombreux extraits de The West Wing mais presque tous en anglais.

 

 

[1] Le choix a été fait dans cet article de privilégier le terme « étatsunien », d’emploi croissant en géographie pour désigner ce qui a trait aux Etats-Unis d’Amérique, de préférence au terme « américain », géographiquement plus ambiguë.

[2] Leur publication est prévue en 2014 dans la revue TV Series (édité par l’université du Havre) dont le numéro est Religions en séries.

[3] Les spécialistes s’accordaient, jusqu’à la fin des années 1980, sur la théorie de la sécularisation et « l’éclipse irrévocable de la présence divine dans le monde contemporain » ; Jean-François Dortier et Laurent Testot, « Le retour du religieux, un phénomène mondial », in Sciences Humaines, n°160, mai 2005, dossier « Dieu ressuscité. Les religions face à la modernité ».

Publicités

Une réflexion au sujet de « La religion dans À la Maison blanche (et dans quelques autres séries politiques) (1/5) »

  1. Ping : Saison 2 (déjà finies) | A la table des chrétiens de gauche

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s