La jupe, ou comment se voiler la face

La jupe a ému la cathosphère… plus que le chômage, une catastrophe minière,… on se demande pourquoi. Et si une partie de la cathosphère était d’abord une expression de l’opposition de droite ?
Petit billet d’humeur publié sur le site de l’auteur.
 File:Black watch kilt.JPG

Parler de l’École uniquement à travers une expérimentation limitée à quelques établissements scolaires – et dont la présentation a été déformée par quelques militants anti gender –  est aussi pertinent que de limiter la mission de l’Église catholique à ses interdits sur la contraception et l’avortement tout en ignorant sa doctrine sociale.
Les Écossais, pourtant catholiques, portent le kilt. 
Les cathos de droite français vont-ils protester auprès d’eux en hurlant à la confusion des genres ? Après tout, ils n’en sont plus à une posture ridicule près.
J’aurais aimé les entendre aujourd’hui sur la catastrophe minière qui a lieu en Turquie qui rappelle les problèmes posés par l’utilisation des énergies fossiles, ou les voir s’intéresser au problème numéro 1 qui touche les Français : le chômage. 
Mais non, ce qui intéresse les cathos de droite, c’est la jupe. 
Finalement, cette jupe est pour eux comme un cache-sexe, un voile posé sur les vrais problèmes.
Franchement pour les hérauts des points non négociables, cela fait mauvais genre…
Advertisements

12 réflexions au sujet de « La jupe, ou comment se voiler la face »

    • Et pourtant tellement vrai. Les articles qui se font l’écho de cette initiative originale détourne et la forme et le fond avec pour seul objectif évident de s’opposer au gouvernement. Le tout sur fond de crispation autour des questions d’identité sexuelle. Si vous vouliez dire que ces articles (comme celui du Figaro) sont déprimants, oui, je suis d’accord.

  1. Visitez un peu la cathosphère et vous verrez qu’on y parle parle de la jupe et d’une façon simpliste et tronquée. Je ne fais que constater. Quant au jugement, attention, c’est un peu a paille et la poutre : la droite catholique nous accuse depuis des années d’avoir vidé les églises, alors…

  2. Et cette polémique est lancée quelques jours après celle sur Taubira qui n’a pas chanté la Marseillaise lors d’une cérémonie officielle.
    Faute d’arguments politiques réels, la droite (au moins une partie) lance de basses polémiques sur fond ici de racisme, là d’homophobie… bref cherche à réactiver des réflexes nauséabonds qu’on croyait derrière nous.

  3. Bonjour,
    J’aimerais bien que vous me donniez quelques liens vers ces fameux sites de la cathosphère qui parlent de la jupe de façon tronquée et simpliste.
    A part cet article-là: http://jonastree.blogspot.fr/2014/05/ce-que-souleve-la-jupe.html je n’avais pas entendu parlé autrement (intra cathosphère) de cette affaire, et depuis, à part celui-ci http://www.fxbellamy.fr/blog/2014/05/15/sur-la-journee-de-la-jupe/ je n’en ai pas vraiment d’autre.
    Dans un cas comme dans l’autre, je ne trouve pas ça particulièrement simpliste, et j’ai donc hâte de voir les articles auxquels vous faites référence. Histoire de comprendre de quoi vous voulez parler.
    Et je ne crois pas que la jupe soit un « cache-sexe », pas plus que le kilt serve à la confusion des genres (faites donc une journée du kilt à l’école, ce sera bien plus productif que de se maquiller et de mettre une jupe pour les garçons, sauf dans le cadre d’un carnaval => le carnaval, ça fait ses preuves), ni que toutes les catastrophes à travers le monde soient des sujets qui nous touchent de suffisamment près pour devoir s’en faire l’écho à chaque fois que ça arrive (rien qu’en Chine, on a plus de 1000 morts dans les mines de charbon à cause d’accident par an…)
    De plus, le chômage, on en parle plutôt lorsque les chiffres tombent normalement, donc ce qui fait l’actualité, ce dont on parle et ce dont on se fait le relais, souvent… c’est ce qui fait les gros titres. Donc il était d’actualité de réagir sur la jupe, je crois, non? Que la manière ne soit pas tout à fait adéquate, c’est possible, mais dans le principe, cela me semble plutôt juste.

    • Je suis surpris que vous n’ayez rien remarqué.
      Pourtant l’hebdomadaire La Vie en a fait un article sur son site : http://www.lavie.fr//debats/chretiensendebats/fallait-il-s-indigner-de-la-journee-de-la-jupe-dans-les-lycees-nantais-16-05-2014-53022_431.php
      Ou allez faire un tour sur Twitter ou Facebook…

      Juste un mot au sujet de FX Bellamy que vous citez. Rien que ces deux phrases disqualifient son auteur : « Sous couvert de bons sentiments, on engage donc les lycéens à contribuer à ce « trouble dans le genre » que voudraient semer partout les expérimentateurs irresponsables d’une postmodernité devenue folle. Pour nos gouvernants, l’école ne doit plus éduquer les élèves, mais les rééduquer – avec toute la part de violence que cela comporte.  »
      Franchement, je ne sais si on est dans le mensonge ou dans le délire.

      Surtout pour revenir à votre commentaire, votre argumentation correspond très exactement à ce que je dénonce.
      Si je vous suis bien, les catastrophes qui touchent nos frères en humanité ne nous concernent pas vraiment du moment qu’elles se déroulent au loin. Quant aux chômeurs, leur sort n’est préoccupant que lors de la publication de statistiques. Est-ce à dire que pour vous, les chômeurs ne sont qu’un problème statistique alors que c’est un drame humain qui se vit au quotidien ?
      Encore une fois, en quoi quelques lycéens qui ont porté la jupe dans le cadre d’une expérimentation sur l’égalité filles-garçons contre le sexisme méritaient un tel déchainement (cf. l’action de LMPT devant l’établissement) ? En quoi tout simplement était-ce un sujet ?

      • En fait, comme je ne lis pas tellement la vie, twitter va trop vite pour moi, et je ne dois pas avoir assez d’amis qui sont cathos et qui réagissent à ce genre de choses sur facebook (où je vais plus si souvent en plus), donc oui, ça n’a pas été pour moi un sujet phare de la cathosphère. Dans l’article de La Vie, il n’y a finalement que les trois articles dont je parlais: le vôtre, celui de Bellamy, et celui de Jonastree. Mais bon, si on le dit, tweeter et facebook ont bien du s’enflammer!
        Je ne sais pas si on peut discuter sereinement des propos de M. Bellamy, mais le projet pour l’école de la part des ministres et de membres de l’Education Nationale de faire de celle-ci un lieu de déconstruction et de reconstruction idéologique (sans aucun aspect péjoratif ou mélioratif) me semble être plutôt clair. L’égalité des chances à tout prix, voulue depuis bien longtemps, a mis en panne l’ascenseur social. Il vaut mieux être talentueux sous Napoléon qu’aujourd’hui si on veut grimper dans le cursus honorum… et quoiqu’on dise de Pierre Bourdieu, il semblerait qu’aujourd’hui plus que jamais, les modèles sociaux-culturels se renouvellent, sans que l’école empêche cela en conservant les inégalités et même en les renforçant aujourd’hui. Multiplier les sujets connexes et renoncer à l’enseignement « prioritaire » de l’écriture et du calcul, quand on voit les statistiques d’illettrés qui arrivent au collège (et derrière ces chiffres, il y a des centaines de milliers de vies), on peut objectivement se poser des questions. Qu’elles soient mal posées, ou orientées, pourquoi pas, mais elles restent pertinentes.
        Pour revenir à mon commentaire, la publication d’un message sur un blog répond généralement à un moment précis, que ce soit quelque chose qui touche l’actualité (votre message répond à un état actuel de la cathosphère; parler du chômage lorsque les chiffres sortent répond à une actualisation des chiffres) ou quelque chose qui touche notre vie (si on a lu un livre, neuf ou ancien, si on a vécu quelque chose de fort qu’on souhaite partager). On ne peut pas tout le temps parler de tout.
        Si vous voulez, il y a le site de l’aide à l’Eglise en détresse pour parler de choses qui nous sont étrangères mais qui touchent nos frères chrétiens, et vous aurez quotidiennement de morts, des tortures, des martyrs… faut-il en parler tous les jours? Pareil avec les catastrophes naturelles, ou humaines, les drames humains… de l’autre côté de la planète.
        La question, c’est selon moi d’un point de vue de justice: qu’est ce qui me touche d’abord, puis qu’est-ce qui touche mes proches, puis le cercle plus large autour, et ainsi de suite… par exemple moi > famille > paroisse > diocèse > pays > Europe > monde. C’est normal que je parle plus de sujets qui concernent ma paroisse que mon diocèse (si j’ai l’habitude d’écrire dessus) et de même, si un évènement touche la France, j’en parle plus que si ça touche la Turquie (qui est loin). Ces catastrophes me touchent beaucoup moins, et dans les cas où je ne peux rien faire, presque pas.
        Les chômeurs, leur sort est préoccupant tous les jours, mais il faut un signal, un stimulus pour passer à la rédaction d’un article dessus. Ca me semble légitime. Que ce soit la rencontre d’un dans la vie réelle ou des articles lus sur la toile (en réponse aux chiffres de l’INSEE par exemple). C’est seulement quand le drame humain m’est rappelé que je choisis ou non d’en faire un sujet. Le reste du temps, on vit avec, mais on ne réagit pas. On ne peut pas parler de tout tout le temps, une fois encore!
        Et en ce qui concerne le fait que ça en soit un sujet, le contexte actuel de la France fait que tout ce qui touche à la sexualité à l’école est potentiellement un sujet puisque ce sont des étincelles (pas beaucoup plus) qui touchent une atmosphère explosive. C’est le milieu qui fait le sujet ici, dans sa sensibilité aux faits.

        Mais en soi, je préférerais encore une journée du kilt (sans maquillage pour les garçons) ou un grand carnaval (avec des tonnes de maquillages pour ceux, souvent nombreux, qui jouent les travelos) pour donner le cadre à une dénonciation du sexisme. C’est plus rigolo, je pense, d’avoir des gamins qui jouent à Braveheart ou qui s’amusent toute la journée (du Mardi Gras par exemple) que de se déguiser en fille pour une journée de la jupe. Mais bon, pas de quoi en faire un vrai sujet… ^^

      • Faut-il vous rappeler que le kilt est la base, une jupe ?
        Faut-il vous rappeler qu’on parle d’un travesti et non d’un « travelo » ?
        Faut-il vous rappeler ou vous apprendre que l’École de la République a réussi une massification de l’enseignement sans doute unique au monde depuis 1945, et c’est sans doute cela qui dérange les cathos de droite.
        Et cette École mérite donc d’être soutenue et non constamment critiquée par les nostalgiques du mythe d’un âge d’or d’une école où tout le monde savait lire et écrire et pouvait ainsi s’élever dans la société, même si j’ai bien noté que vous ne faites pas référence à Jules Ferry mais à Napoléon.
        Enfin et surtout, rien ne nous est étranger dès lors que cela touche un être humain, qu’il soit chrétien ou pas.
        Je vous invite à lire cet éditorial de Jean-Claude Guillebaud – au titre certes provocateur mais l’auteur s’en explique – mais qui pourra peut-être vous aider à regarder le monde avec moins de cynisme :
        http://www.sudouest.fr/2014/05/11/la-bonne-conscience-des-salauds-1551190-4585.php
        Quant au chômage, je vous invite à réfléchir à la seule solution possible pour « ne plus vivre avec » mais que refuse la plupart des gouvernants :
        https://chretiensdegauche.com/2012/08/01/du-partage-du-travail/

  4. Si vous pouvez considérer le kilt comme une jupe, à la base, je considère que le kilt est un symbole particulièrement viril et martial, porteur d’une force symbolique importante, là où la jupe est un vêtement actuellement portée par les femmes et très féminin. Le poids symbolique pour le port d’une jupe ou d’un kilt n’est donc pas le même, dans la société française d’aujourd’hui. J’ai vu quand j’étais dans le pacifique des australiens jouer de la cornemuse et portant des kilts, ils n’avaient pas l’air efféminés, loin s’en faut.
    En ce qui concerne la différence travesti/ travelo, je ne la connaissais pas, c’est donc une confusion de ma part que vous faites bien de lever.
    Et pour ce qui me dérange dans l’éducation nationale, et que j’entends à droite à gauche et auquel j’adhère plus ou moins, ce n’est pas la massification de l’éducation, bien au contraire. En fait, c’est l’augmentation des dépenses folles avec le creusement en corollaire des inégalités. Un élève coûte beaucoup plus cher à l’Etat s’il est mis dans le public que dans le privé sous contrat et encore plus que dans le privé hors contrat. Simultanément, à part quelques écoles citées en boucle, les écoles publiques affichent de bien moins bons résultats que les écoles privées. Et pour revenir à la question de l’argent, il y a dans les voyages de classe ou dans certaines activités des dépenses folles pour des gamins qui n’en ont rien affaire. Se faire financer un voyage en Grèce quand on en a rien à cirer et qu’on y va juste parce que ce sont des vacances… ça fait peut-être plaisir quand on en profite, mais moins quand on paie (avec les impôts). De même les dépenses fantaisistes d’ipod ou de portables offerts aux élèves alors qu’ils n’en ont pas le besoin (personne n’a besoin d’ipod, et les gamins revendent les portables s’ils ont de meilleurs ordi chez eux…).
    Pour la massification de l’enseignement depuis 1945, je ne sais pas d’où vous sortez ça, mais je ne suis pas au courant. J’ai beau cherché, je ne trouve pas. En revanche, sur wikipedia dans la catégorie analphabétisation, j’ai trouvé un graphe qui donne une diminution quasi régulière (presqu’une droite) de 65% en 1720 à 5% en 1880. En 2010, on est à 3.1M de personnes, soit 9% de la population active. Donc à une certaine époque, on faisait bien mieux qu’aujourd’hui… et ça en coûtait pas aussi cher.
    Si l’école mérite d’être soutenu, ce n’est certainement pas sous toutes ses formes, et ce mammouth irréformable mérite bien des critiques aussi. J’ai une amie prof en ZEP, l’ambiance y est tout à fait irrespirable, et en maternelle/ primaire, c’est bien plus à cause de l’administration que des élèves (lourdement handicapés culturellement et linguistiquement, avec des proportions de retards dans le développement intellectuel assez effrayant). Ca, c’est de l’humain, c’est du concret, ce sont de vrais vies, et quand on regarde les élèves passés par là 10 ou 20 ans plus tôt… il y a de quoi se révolter devant de si mauvais résultats si coûteux.
    Je ne suis nostalgique d’aucun âge d’or, mais je constate que des méthodes fonctionnaient à une certaine époque, qu’on en a changé avec des résultats mauvais et qu’il n’y a pas de retour à ces mêmes méthodes qui ont pourtant fait leurs preuves. Et ça, c’est juste idéologique.
    Pour ce qui touche l’étranger (indépendamment de tout caractère chrétien ou non), cela ne me touche absolument pas tant que je ne suis pas au courant, et si je devais être touché par tout ce qui arrive aux 7 milliards d’habitants sur terre, je ne pourrais plus vivre. Donc l’essentiel de ce qui arrive dans le monde m’est étranger. Simplement, ça l’est d’autant plus que la personne est éloignée de moi (ce qui touche ma famille me concerne plus que ce qui touche une personne de l’autre côté de la France, pas vous?)
    L’article que vous me conseillez est en accès limité. Si vous avez un lien pour une lecture en libre accès, je suis bien sûr preneur.
    Quant à votre « seule » solution possible, non seulement elle me parait mauvaise, mais en plus vouloir limiter l’ensemble des solutions à une seule est soit la marque d’une grande vanité devant la solution que l’on prône, soit celle d’un aveuglement devant la diversité de ce qui existe et qui fonctionne à côté, soit encore celle de l’ignorance de la richesse de l’imagination humaine… mais en tout cas, il existe de nombreuses solutions pour lutter contre le chômage, et actuellement, l’intérêt de travailler se joue sur la différence entre ce qu’on gagne en travaillant et ce qu’on gagne en ne travaillant pas, qui est d’autant plus faible que la différence entre chômage et SMIC (ou salaire obtenu) est réduite. Si les gens avaient plus d’intérêt (et celui-ci est en train d’augmenter lentement mais régulièrement ces dernières années) à revenir cultiver les champs à la campagne, ils quitteraient la ville pour travailler la terre (peut-être gagner moins d’argent, mais avoir moins de dépenses). La révision du système scolaire avec le collège unique est une autre piste pour former des jeunes aux techniques demandées par les entreprises (près de 300.000 postes sont libres, et personnes ne les prend aujourd’hui en France…). Un réel travail pour faciliter la création et le maintien des entreprises en est une autre. Le développement d’un tissu plus dense de TPE/ PME est encore une piste qui a de l’intérêt… La valorisation des déchets pour en faire des matières premières pour d’autres activités est aussi une piste qui mérite d’être creusée. L’augmentation des mesures protectionnistes augmentant le prix d’achat de ce qui est importé fait aussi parti des moyens d’augmenter le prix de certains bien qui deviennent rentables en étant produits à l’intérieur de ces frontières, c’est encore un moyen de faciliter l’activité et de générer du travail… Bref, je ne crois pas détenir toutes les solutions pour réduire le chômage, mais je suis convaincu qu’il y en a un paquet, et qu’on peut activer un grand nombre de leviers pour y parvenir… faut-il encore le vouloir…
    Je vous remercie pour avoir pris le temps de me répondre,
    Cordialement,
    Choshow

      • Je le trouvais meilleur dans ses propos via KTO, même si dans les deux cas il est assez brouillon et inexact.
        Pour l’article en question ici, la guerre culturelle m’a toujours semblé un peu étrange, mais s’il existe quelque chose de semblable, alors il faut tout de même noter que:
        L’extra majorité des journalistes votent à gauche. La culture des médias est donc lourdement imprégnée (à différents niveaux) d’idéologie de gauche. Les autres médias (radios, télévision) sont dans une situation analogue.
        Les simplifications sont régulièrement abusives. « Grand remplacement », « nation française » qui serait parfaitement uniforme dans le temps… aller dans les extrêmes cache toute finesse et enlève toute valeur aux propos de l’autre par la caricature. Nier les 200.000 entrées annuelles d’immigrés en France, ou que la France du Ve siècle est (ne serait-ce qu’en terme de frontière) très différente de celle du XIIe, du XVIIe ou du XXIe, ou encore faire croire que c’est ce que pensent les gens en face, c’est pas très intéressant pour avancer…
        Le manichéisme abusif dans lequel il voudrait faire tremper ses adversaires (qui sont souvent loin d’avoir une vision si simpliste) le fait lui-même tremper dans un autre manichéisme: d’un côté les idiots qui croient bêtement que tout est simple (les blancs cathos français), et de l’autre les gens « éclairés » qui, eux, savent. Ou comment aller de Charybde en Scylla…
        Quant à la dernière partie, si j’adhère au titre, le développement est très décevant: théories racistes, malthusiennes, réactionnaires… la culture de gauche, malheureusement (au moins véhiculée dans les médias), pèche tout au temps par racisme sous la forme de l’antiracisme, par malthusianisme en voulant limiter à tout prix les naissances, par « réactionnisme » en s’attachant à des vieilles idées qui n’ont plus leur place au XXIe siècle…
        Et juste pour finir: 500 millions d’européens qui se reconnaittraient dans un travesti… ou encore l’Eurovision comme prix le plus traditionnel… ça ne donne pas beaucoup de crédibilité à l’auteur quand on connait le peu de succès que ça peut avoir en France (même si ça en a un peu plus ailleurs en Europe)… mais c’est du grand foutage de gueule…
        Je ne vois pas très bien en quoi il serait bien inspiré en ce moment… alors qu’il aurait tant de choses bien plus essentielles à dire!

  5. Ce commentaire est un peu long, et s’éloigne du coeur du sujet…
    J’ai lu le fil des commentaires pour l’article que vous aviez rédigé en 2012, et il est beaucoup plus riche que l’article seul. C’est très intéressant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s