Un pape venu de loin…

Photo Francesco44

Photo Francesco44

Comment ne pas être «bluffé» par la formidable liberté dont ont fait preuve, hier, les cardinaux, en déjouant tous les pronostics et en allant chercher le pape François, dans un modeste appartement proche de la cathédrale de Buenos-Aires ? (article publié sur le blog http://www.renepoujol.fr/)

J’étais hier soir, comme journaliste consultant, en direct sur l’antenne de RTL, lorsque le cardinal Tauran nous a dévoilé l’identité du nouveau pape. Et, je l’avoue humblement, comme l’immense majorité de mes confrères, je me suis demandé, sur l’instant, de qui il s’agissait. Réalisant très vite que j’avais négligé le «portrait» publié dans la Croix du 8 mars, pour l’unique raison que Jorge Mario Bergoglio ne figurait sur aucune des listes de papabili qui, depuis deux semaines, circulait dans les rédactions. Je laisse volontiers aux «perspicaces» (il y en a toujours, surtout après) de triompher sur l’air du «nous, on l’avait vu venir», et suis heureux d’avoir partagé avec d’autres la « surprise »  de la soirée.

Une surprise très vite tranformée en heureuse, puis en «divine» surprise. Car enfin, renvoyer les stars entrantes du conclave à leurs archevêchés pour cause de responsabilité collective dans le fiasco des affaires récentes ; rompre avec une tradition multiséculaire de papes italiens ou, plus récemment, européens et oser le choix du nouvel élu, jésuite de surcroît, dans l’une des jeunes Eglises de l’hémisphère Sud, qui, malgré leurs fragilités, incarnent la vitalité et, pour une large part, l’avenir du catholicisme, voilà une belle audace !

Un pape proche des pauvres

Et lorsque le pape en question s’avère être un pasteur proche de son peuple, défenseur des pauvres, pourfendeur des dérives néo-libérales, vivant simplement dans un petit appartement de Buenos Aires proche de sa cathédrale, et choisissant pour nom de règne celui du «poverello» d’Assise : François (1), l’audace prend soudain la dimension d’un geste prophétique. Un geste qui, à la veille des JMJ de Rio de Janeiro, renvoie à l’image d’un Dom Helder Camara, en son temps injustement privé de la dignité de cardinal.

Alors, bien sûr, on peut s’interroger. On attendait un pape jeune, à même d’assumer une fonction jugée écrasante, dans un contexte particulièrement difficile. Et l’on se retrouve avec un homme de 76 ans, de santé fragile. Au-delà de la liesse bien compréhensible, du premier jour, y aurait-il, une erreur de casting ? On le sait, les congrégations générales qui ont précédé le conclave proprement dit ont mis en lumière deux urgences : redevenir proches des hommes et des femmes de ce temps pour leur annoncer la Bonne Nouvelle de l’Evangile, et engager une réforme profonde de la gouvernance de l’Eglise catholique.

Impulser les réformes nécessaires.

Un même homme pouvait-il incarner les deux, avec un charisme égal ? Peut-être pas ! D’évidence, le pape François répond à la première exigence. C’est si vrai que, dès mercredi soir, des hommes et des femmes extérieurs ou éloignés de l’Eglise se reprenaient déjà à espérer… Sans doute compte-t-il sur la personnalité de son futur secrétaire d’Etat pour «tenir» la Curie, quitte à impulser lui-même les réformes nécessaires.

Certains se demandent déjà si ce nouveau pape aura la carrure physique pour assumer la fonction qui, par ailleurs, dénoncent, comme ingérable, l’hyper-centralisation de l’Eglise romaine. Et si c’était là un argument pour que le pape engage la réforme essentielle qui porte moins sur la gestion de l’administration vaticane que sur la redéfinition du rôle du successeur de Pierre : prioritairement chargé de la communion entre les Eglises ? Et s’il proposait demain, de conserver et renforcer la suprématie spirituelle qui lui revient du Christ lui-même, tout en décentralisant, au niveau des conférences épiscopales voire de patriarcats continentaux, une partie des prérogatives de la Curie ? Ne minimisons pas l’insistance avec laquelle, mercredi, à la loggia de Saint-Pierre de Rome, il s’est présenté avant tout comme « évêque de Rome » et non comme… « pontife ».

Les deux poumons de l’Eglise

Ce serait là, assurément, une manière de rendre humainement possible la gouvernance d’une Eglise présente sur les cinq continents, riche de 1,2 milliards de fidèles confiés à la responsabilité de quelque 5 000 évêques. Ce serait aussi une ouverture sans précédent dans le dialogue œcuménique vis à vis du monde Orthodoxe dont on sait qu’il achoppe,  pour une large part, sur la toute puissance du Po

Peut-être découvrira-t-on un jour que le pape venu de loin, qui depuis l’âge de 20 ans, n’avait qu’un seul poumon, trouva dans cette fragilité même l’intuititon prophétique et le courage d’un rapprochement définitif, irréversible, avec le second poumon de l’unique Eglise du Christ qu’est le monde Orthodoxe.

—-

(1) Prénom qui, par parenthèse, est aussi celui de François de Sales «saint» patron des journalistes et des professionnels de la communication.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Un pape venu de loin… »

  1. mais sera t-il aidé en cela
    2 bémol cependant
    sa proximité avec le général videla………………….
    et sa dénonciation du mariage gay comme l’anti these de dieu
    cela me laisse perplexe
    et les jésuite en Amerique latine on un lourd passé
    on ne verra pas encore de prêtre ouvrier

  2. Je partage votre enthousiasme toutefois, la comparaison avec Helder Camara me paraît (hélas) un peu rapide. Le cardinal Bergoglio ne semble pas s’inscrire comme ce dernier dans la tradition latino-américaine de la théologie de la libération, comme le souligne Michael Lowy dans une interview donné au Monde (http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/03/14/le-pape-francois-a-une-conception-traditionnelle-du-pauvre_1848793_3214.html). Espérons que sa « sensibilité pour les pauvres » n’ai pas peur d’un engagement politique assumé. Bonne continuation.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s