L’enfant et la puéricultrice sous le regard d’Emmanuel Mounier

Comment le personnalisme d’Emmanuel Mounier peut-il être un outil pour les professionnels accompagnant les enfants dans leur premier pas dans la vie sociale ? Amélie Avrilleau, infirmière-puéricultrice, diplômée de l’Institut de puériculture et de périnatalogie de Paris et directrice-adjointe de crèche, livre ici une réflexion profonde pour nourrir le débat éducatif.

La notion de contenance incarne une manière personnaliste de considérer la sécurité du nouveau-né. Pour tenter de définir la notion de contenance et ses enjeux, il convient de toujours partir des besoins de l’enfant, quel que soit son âge. Au-delà de ses besoins physiologiques fondamentaux – respirer, boire et manger, se reposer, être propre, maintenir sa température constante -, celui de sécurité est essentiel.

Nous savons que le « petit d’homme » est l’un des seuls mammifères à naître sans être capable de se déplacer ni de se nourrir seul. C’est le principe de la néoténie. Profondément dépendant, le bébé ressent des angoisses intenses, car il n’a pas encore conscience de ses limites corporelles. L’enfant a donc besoin d’être porté et soutenu tout au long de son développement moteur, psychique et affectif par sa mère, ses parents et sa famille. C’est cette relation particulière, personnelle et sécurisante, donc personnaliste, que les adultes créent avec lui grâce aux soins, au portage, à la parole et à l’écoute. Tout cela concourrera à lui prodiguer l’assurance qui lui fait encore défaut. Le souci primordial prenant en compte son altérité fragile fera que le bébé deviendra une personne à part entière.

Prendre soin d’un bébé

Selon la psychologue Anna Pinelli, le bébé fonctionne de manière purement biologique jusqu’à ce qu’il rencontre un regard bienveillant, lui insufflant l’irrésistible envie de quitter le monde animal pour s’élever vers celui des personnes. Répondre au besoin de sécurité physique, psychique et affective d’un enfant, c’est lui donner d’une part la sécurité de base qui lui permettra de découvrir son environnement et, d’autre part, de faire de nouvelles expériences sensorielles et motrices, fondatrices de son développement harmonieux.

En établissement d’accueil, l’enfant est aussi soumis à l’angoisse suscitée par la séparation d’avec ses parents. Pour gérer ce stress, lui permettre de vivre et de s’épanouir malgré l’absence momentanée de sa mère et de son père, les professionnels de la petite enfance mettent en œuvre différents moyens pour lui apporter la contenance nécessaire au regard du projet pédagogique de l’établissement, et de son développement personnel.

Ainsi, les repères environnementaux et humains sont fondamentaux. Les enfants évoluent dans une unité de vie – en « section » – déterminée, pour une année. Les adultes qui les prennent en charge sont présents auprès de lui de manière durable : ce sont « leurs référents ». Ils sont également des interlocuteurs privilégiés auprès de leurs parents. Les enfants ont leur place à table, et la garde. Cette « durabilité » est aussi importante pour le bébé, qui intégrera positivement cette stabilité. D’autre part, le portage physique, qui s’adapte à l’âge et à la tonicité de l’enfant. L’enfant est maintenu, soutenu, accompagné par le regard et les paroles de l’adulte référent. Enfin, le biberon est donné uniquement dans les bras de l’adulte référent, en relation avec l’enfant par le regard et le toucher.

L’observation de l’enfant permet de mieux le connaitre, de découvrir ce qu’il aime, ce qui l’inquiète, quelles sont, déjà, ses habitudes de vie. L’objectif est de répéter ce dont il a besoin à un moment précis et de tenter d’y répondre au mieux malgré les contraintes. Elle s’effectue de manière individuelle et se partage entre professionnels pour permettre de voir l’évolution motrice, sensorielle et affective de l’enfant, et lui proposer jouets et activités adaptées à sa personnalité. Là aussi, tous ces éléments concourent à une prise en charge « personnaliste » de l’enfant, soucieuse de son bien-être, et respectueuse des acteurs de ce dernier.

La place de l’adulte lors des temps de jeu

« Les adultes sont comme des phares. Un phare qui éclaire et sécurise une zone. Les enfants jouent principalement dans les endroits éclairés par la présence de l’adulte. »
Dans la section des bébés, un adulte doit toujours être assis sur un tapis pour soutenir leurs découvertes sensorielles et motrices du regard, et les accompagner par la parole. Ce travail est difficile car il demande une attention et une concentration de tous les instants : l’adulte est statique et ne peut pas faire autre chose. Il est donc important de pouvoir se relayer auprès de l’enfant, qui sera alors contenu par le regard et la présence de l’adulte qu’il connait.

Mais il est aussi sensible aux mouvements, aux entrées et sorties des professionnels dans la pièce, à l’agitation ambiante lors des temps de repas ou des changes lorsque les professionnels s’affairent à ses soins. Il faut parfois freiner le rythme des soins dits de « nursing », et savoir se poser « au tapis » pour rassurer le groupe qui se calme presque aussitôt.

Les adultes doivent également se placer de manière stratégique dans la pièce. Ils doivent se répartir dans l’espace pour « éclairer » toute la pièce et permettre aux enfants de profiter de tout l’espace et de tous les jeux présents. S’il est seul avec un groupe, il doit s’installer au centre de manière à avoir une vision globale des enfants et développer des interactions entre eux.

Un adulte doit enfin toujours être à proximité d’une structure motrice – un toboggan par exemple – pour accompagner et sécuriser les enfants dans leurs découvertes et les aider en cas de besoin.

Les jeux doivent être mis à disposition en quantité suffisante, et adaptés à l’âge des enfants pour leur permettre de jouer sans être interrompus, et limiter les conflits – même chez les tout-petits. Ils doivent être très variés : travail de la motricité, manipulation fine ou symboliques, afin de diversifier leurs découvertes et leur permettre de développer leur imaginaire. Les activités ludiques doivent être proposées et renouvelées régulièrement, car la durée d’attention d’un enfant est courte et évolue selon son âge. Encore une attention particulière et personnaliste, à laquelle il faut penser !

Activités en petits groupes: apprendre la vie en communauté, déjà !

Les activités en petits groupes doivent être privilégiées lorsque le nombre de professionnels le permet, de manière à favoriser sereinement les échanges entre eux et avec l’adulte. L’aménagement de l’espace contribue alors au développement personnel des enfants. Il doit prendre en compte l’architecture des locaux, la hauteur des meubles et leur localisation dans la pièce. Les enfants doivent toujours voir où se situe l’adulte : cela les rassure et leur permet de se sentir en sécurité pour continuer à jouer sereinement.

Les règles de vie doivent être débattues et fixées en équipe. Une fois qu’elles sont fixées, il est important qu’elles soient simples, comprises de tous et appliquées de la même manière par et pour tous. Il est nécessaire de les expliquer et les réexpliquer à l’enfant, de la façon la plus adaptée à son âge en se mettant sa hauteur, en captant son regard tout en étant ferme et calme. C’est ce cadre social structurant qui l’aidera à grandir et à  intégrer ces premières règles de vie en communauté, règles si importantes pour le reste de sa vie.

Ces quelques principes sont fondamentaux sont la base de notre travail d’équipe au quotidien. Exigeants et parfois difficiles à mettre en place au regard de nos contraintes professionnelles, ils doivent sans cesse être adaptés aux situations et parfois réajustés. Avoir à l’esprit la nécessité de répondre au besoin de sécurité de l’enfant permet également d’interroger nos pratiques professionnelles et de les réévaluer afin qu’elles conservent tout leur sens.

Amélie Avrilleau

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s