Logements vides : pourquoi une telle violence ?

La ministre de l’Égalité des territoires et du logement demande à l’archevêché de Paris – comme à d’autres – de mettre à disposition ses logements vides. Celui-ci lui répond qu’il mène déjà d’autres actions. Au-delà des questions de mode de communication, il en ressort surtout une belle occasion manquée.

Le branle-bas de combat médiatique suite aux propos de la ministre du Logement ce lundi est surtout tristement révélateur d’une Église catholique en permanence sur la défensive.

Cécile Duflot, qui confirme que le gouvernement mettra en place des réquisitions d’urgence de logements vides détenus par des personnes morales, en appelle particulièrement à l’Église catholique.
Ci-dessous, sa lettre à l’archevêché :

Il y a très vraisemblablement une forme de réponse de berger à la bergère :  » Vous avez répété que vous étiez capables de vous mobiliser sur autre chose, et bien chiche.  » Mais je dois être un peu obtus, je cherche désespérément où, dans quelle interview, dans quelle communication, le ministère aurait prétendu que l’Église catholique était absente du terrain de la solidarité ! Bien au contraire.
 » Je sais pouvoir compter sur les forces vives que vous représentez « , cela ne ressemble pas franchement à une attaque en règle. Oui, la ministre ne sait pas vraiment si elle peut compter sur les forces vives de la SNCF par exemple, qui a également des logements vides, comme elle le peut sur celles de l’Église catholique.

Photo : ministère de l'égalité des territoires et du logement

Photo : ministère de l’égalité des territoires et du logement

Pourquoi dès lors s’être senti attaqué ? Pourquoi avoir réagi comme une forteresse assiégée ? Pourquoi avoir répondu « pas la peine, nous avons déjà le Secours Catholique« ?

Il y a des logements vides. Oui, à Lyon, ces logements sont loués ou prêtés. Oui, ce n’est pas le cas à Paris. Oui, des milliers de catholiques bénévoles (et j’en fais partie) participent activement dans toute la France à la lutte contre le mal-logement et contre la misère. Oui, il ne suffit pas de réquisitionner (en indemnisant) des logements vides, il faut aussi travailler sur l’accueil, et ces catholiques militants bénévoles en connaissent un rayon. Oui, tous les bâtiments parisiens appartenant à l’Église ne sont pas sous l’autorité de l’archevêché comme l’a rappelé la direction générale des affaires économiques (DGAE) de l’archevêché et comme l’ignorait la ministre. Tout cela ne pouvait-il pas être dit simplement et calmement au lieu de crier à la persécution ?

Personne n’aime être pris les doigts dans le pot de confiture. L’Église aurait sans doute préféré que ces logements restent discrets au lieu d’être mis sur le devant de la scène de façon effectivement cavalière (mais le Canard enchaîné l’avait déjà fait). Il faut être aveugle ou de bien mauvaise foi pour nier que les images d’opulence, démagogiques et loin de refléter une réalité générale, sapent une grande partie de la crédibilité du discours de l’Église en matière de solidarité. Saint François d’Assise doit avoir bien mal au cœur.

La vie de Saint François

Il se trouve évidemment que les réactions les plus outrées ne sont pas venues des militants du quotidien de la solidarité. Je dois avouer que je trouve suspect cet engouement soudain pour le Secours Catholique, opportunément loué, alors que j’ai si souvent entendu dans mes paroisses versaillaises ses membres se faire traiter de « rouges ». Oui hélas, je me souviendrai toute ma vie de cette messe où j’ai vu des familles faire demi-tour sur le parvis parce qu’elle était co-animée par le Secours Catholique et le CCFD-Terre Solidaire. Je me souviens que le Secours Catholique n’avait pas le droit de poser ses affiches à l’entrée de mon église. C’est bien facile aujourd’hui de dire qu’on n’aurait pas besoin de mettre nos logements vides à dispositions sous prétexte qu’on a déjà le Secours Catholique qui bosse. D’ailleurs, c’est dommage, personne n’a rappelé l’appel à mobilisation pour demain lancé par le Collectif des associations unies pour une nouvelle politique publique du logement des personnes sans abri et mal logées dont le Secours Catholique fait partie.

Cécile Duflot en appelle à un « choc de solidarité« . L’Église aurait gagné en crédibilité si elle avait décidé de répondre « oui, avec plaisir », plutôt que « toi d’abord, moi j’ai déjà fait ma part ».

Ces logements vides sont une insulte aux militants, aux prêtres qui vivent avec bien moins qu’un smic (qui le sait ?), aux sans-abris. Pourquoi refuser qu’ils soient loués par l’État, (et quels que soient les carences de cet État d’ailleurs) ?

Si c’était un piège, il était grossier et les réponses outrées ont montré que nous sommes tombés en plein dedans : ce n’est pas le travail des bénévoles du Secours Catholique qui sera retenu, mais que l’Église catholique refuse d’ouvrir ses logements vides. La réquisition des logements vides, ce n’est pas la nationalisation des biens du clergé (et de la SNCF, et des entreprises du CAC 40 …), c’est la mise à disposition de locaux inoccupés, l’État prenant les frais en charge !

A force de hurler en permanence à la « cathophobie », on créé des « cathophobes ».

Mt 19:16-22

Et voici qu’un homme s’approcha et lui dit :  » Maître, que dois-je faire de bon pour obtenir la vie éternelle ?  » Il lui dit :  » Qu’as-tu à m’interroger sur ce qui est bon ? Un seul est le Bon. Que si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements.  » –  » Lesquels ?  » lui dit-il. Jésus reprit :  » Tu ne tueras pas, tu ne commettras pas d’adultère, tu ne voleras pas, tu ne porteras pas de faux témoignage, honore ton père et ta mère, et tu aimeras ton prochain comme toi-même.  »  » Tout cela, lui dit le jeune homme, je l’ai observé ; que me manque-t-il encore ?  » Jésus lui déclara :  » Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes et donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans les cieux ; puis viens, suis-moi.  » Entendant cette parole, le jeune homme s’en alla contristé, car il avait de grands biens.

Advertisements

53 réflexions au sujet de « Logements vides : pourquoi une telle violence ? »

  1. Merci pour cet article, engagé et complet, je partage ce point de vue. Nous rapprocher plus près de l’évangile de Mathieu 19 (16-22) est une leçon de tous les jours, même pour les plus grands de notre Eglise.

  2. Il faut remplacer les choses dans leur contexte : hier matin, interview de Cécile Duflot dans Le parisien, sur un ton bien plus vindicatif que cette lettre qui n’était pas encore arrivée à l’archevêché… Je cite l’article du Parisien : « Oui, je souhaite faire appel à toutes les bonnes volontés et faire appliquer la loi à tous ceux qu’elle concerne. Par exemple, il semble que l’archevêché de Paris possède des bâtiments quasi vides. Je viens donc de leur écrire pour voir avec eux comment utiliser ces locaux.
    Vous réquisitionneriez des biens ecclésiastiques ?
    L’Eglise fait partie des personnes morales… dans tous les sens du terme! J’ai bon espoir qu’il n’y ait pas besoin de faire preuve d’autorité. Je ne comprendrais pas que l’Eglise ne partage pas nos objectifs de solidarité. Pour moi, ce n’est pas une simple question légale, c’est un choix de société. »
    sauf que les « bâtiments quasi vides » de l’archevêché relèvent plus du mythe (http://radionotredame.net/emission/le-reportage/04-12-2012/), que le diocèse de Paris n’a pas attendu Cécile Duflot pour accueillir des sans abris dans ces locaux, et que surtout, le diocèse découvre cette fameuse lettre dans l’interview du Parisien… Il faudra attendre 11h lundi matin pour que le cabinet de la ministre appelle le diocèse pour avoir l’adresse de mgr Vingt-Trois! et l’envoi ensuite d’un coursier pour qu’il reçoive cette lettre déjà citée et envoyée dans les rédactions… Amateurisme? Désinvolture vis à vis de son interlocuteur? sur le fond, je vous rejoint, cette lettre n’est pas choquante. mais c’est le mode d’action qui reflète un mépris pour l’interlocuteur et une méconnaissance des dossiers : que la plpart des gens ne fassent pas la différence entre ce qui appartient au diocèse et ce qui appartient aux congrégations religieuses, soit. Mais la ministre du logement est quand même sensée bosser ses sujets avant de faire un effet d’annonce dans une interview, non?

    • Je suis globalement d’accord avec vous même si je ne vois pas vraiment en quoi le ton de l’interview serait vindicatif. Là encore, elle ne dit pas du tout que l’Église catholique reste inactive.
      Cécile Duflot aurait gagné à agir avec plus de prudence et l’archevêché à lui répondre en étant positif.

      • Pour répondre, encore fallait-il avoir reçu la lettre… Et à l’heure actuelle, je vous ferai remarquer que mgr Vingt-Trois, nomément visé par Cécile Duflot, n’a pas cru bon polémiquer par voie de presse (contrairement à elle). Qui vous dit que sa réponse écrite et postée (comme une lettre qu’on adresse à une personne, de façon juste normale, comme aurait pu le faire Cécile Duflot avant d’aller sonner de la trompette dans le Parisien) n’est pas positive?

      • Vous conviendrez qu’il serait dommage que la réponse écrite et postée soit positive quand tout le reste de la communication, claironnée elle aussi dans la presse, ne l’est absolument pas.

  3. Cher Monsieur,

    Votre post et votre blog m’étonnent.
    Votre blog car il est intitulé « chrétien de gauche ». Je ne comprends pas? Est-ce que « chrétien » ne suffit pas? Pourquoi vous enfermez-vous dans une distinction clivante? Je n’ai jamais vu quelqu’un se dire « chrétien de droite », ou du centre, qu’ont donc les chrétiens sympathisants des partis de gauche à porter toujours cet étendard ?
    Votre post aussi, car vous savez bien que ce qui a suscité l’indignation, ce n’est pas la lettre du Ministre, préparée par son cabinet, et qu’elle n’a peut-être pas lu avant de la signer, mais l’annonce qu’elle en a fait dans les médias, sur un ton bien différent, méprisant et péremptoire. A ce titre, la réaction des responsables diocésains était très légitime, et parfaitement proportionnée. Personne n’a crié à la persécution.
    S’agissant du Secours catholique, le clivage que vous tentez d’introduire avec les « paroisses versaillaises » que vous semblez ne pas porter dans votre coeur relève du 20e siècle, pas du 21e…
    Pour ma part, fréquentant une paroisse d’un quartier bourgeois de Paris centre, je peux témoigner à quel point les paroissiens sont actifs auprès des plus démunis : maraudes, hiver solidaire, groupes d’aides aux familles en difficulté… et ceci sans appartenir au Secours catholique ou au CCFD, qui font du très beau boulot par ailleurs.
    Alors s’il vous plait, ne défendez pas les propos indéfendables du Ministre (je parle des propos, pas de la lettre), ne divisez pas l’Eglise, et ne véhiculez plus de clichés sur les paroisses versaillaises…

    Fraternellement,

    CC
    (catholique tout court).

    • Oui, comme les gens qui se disent « apolitiques » sont en général de droite 😉 Mais je ne veux pas refaire ce débat-là ici. Il a été repris dans toutes les largeurs ailleurs sur ce blog.

      Une nouvelle fois, je ne vois pas ce qu’il y avait de méprisant ou de péremptoire dans l’interview de Cécile Duflot. Elle avait annoncé depuis de longs mois qu’elle mettrait en application la réquisition des logements vides pour l’hiver (solution nécessaire mais loin d’être suffisante). Elle reconnait qu’elle peut compter particulièrement sur l’Eglise. Le problème, c’est que pour une certaine partie des chrétiens, tout ce qui vient de la gauche est forcément hostile. Quand on part de cet a priori-là, on répond toujours à côté de la plaque.

      La réponse, cela a été de dire « c’est bon, on en fait déjà assez » et « touche pas à mon patrimoine ». Un comportement très proche du jeune homme de l’Évangile de saint MAtthieu.

    • Quant aux paroisse, hélas, 2011, ce n’est pas le 20e siècle. Je suis effectivement profondément irrité par ce soudain retour en grâce du secours catholique.
      Nombreux sont les catholiques (sans doute à peu près tous d’ailleurs) qui sont prêts à venir en aide aux plus démunis. Beaucoup moins nombreux sont ceux qui souhaitent réellement que soit mises en place les solutions proposées par le Secours Catholique.
      La charité (au sens laïc du terme) a toujours eu plus de succès que la solidarité, hélas.

      • Cher Monsieur,

        Manifestement, vous n’avez pas écouté ma remarque. Le Secours catholique fait un travail formidable, mais il n’est pas le seul. Les paroisses aussi, y compris dans les quartiers bourgeois. S’il vous plait, sortez de ces représentations inexactes et ne dites plus de mal de vos frères.
        S’il vous plait, supprimez de votre biographie sur le blog la mention de « l’arrogante église versaillaise ». Ce sont vos frères, et s’ils ont leurs défauts, ils ont aussi leurs qualités. N’avez-vous pas vous-même des défauts? Qui êtes-vous pour les juger? Vous pensez-vous meilleur qu’eux, pour accabler en bloc tout un diocèse?
        Je pense que vous faites fausse route, d’abord en rejettant vos frères pour des raisons peut-être politiques, ensuite en défendant votre indéfendable Ministre, et ceci en étant peut-être motivé par une discipline de parti.
        Je me réjouis que des chrétiens s’engagent partout, y compris dans les partis anti-cléricaux comme EELV. Mais si c’est au détriment de la charité envers vos frères en Christ, cela ne sert à rien.

        Cordialement,

        CC
        (chrétien engagé en politique à droite, mais chrétien et votre frère d’abord avant d’être de votre adversaire politique).

      • Mais ai-je dis que les paroisses ne faisaient rien ? Ce que je dis, c’est qu’on préfère largement l’aumône qui ne remet pas trop en question l’ordre du monde, à la solidarité. Les propositions du Secours Catholique pour supprimer la pauvreté (et pas simplement pour secourir les nécessiteux) ne rencontrent généralement que très peu l’approbation.

        Enfin, je constate hélas que vous ne lisez qu’à moitié. Je n’ai jamais rejeté en bloc tout un diocèse, surtout pas celui de Versailles où j’ai vécu mes premiers engagements, avec joie, où je suis devenu la personne que je suis aujourd’hui. Quand je parle « d’arrogante église versaillaise » vous n’aurez pas manqué de remarquer que le « é » est minuscule. Il s’agit bien du bâtiment en lui-même, qui s’oppose à l’humilité de la chapelle de Saint-Damien.

        Cordialement,
        François
        chrétien donc frère de tous les Hommes.

  4. vous vous basez sur cette lettre qui est parvenu à l’archeveché bien après les propos tenus dans le Parisien, propos qui sont clairement menacants et agressifs. De plus, parler des bâtiments vides qui sont tenus des religieuses vieillissantes et le plus souvent en mauvais état relève de la démagogie: il ne suffit pas qu’un bâtiment soit inoccuppé pour qu’il soit immédiatement disponible pour les sans-abri. il faut la presence d’un personnel, du chauffage etc

    • « propos clairement menaçants et agressifs » : je n’ai toujours pas compris où et comment ils le seraient.

      « il ne suffit pas qu’un bâtiment soit inoccuppé pour qu’il soit immédiatement disponible » : c’est vrai. Personne n’a dit le contraire. Et la ministre n’a jamais annoncé qu’elle voulait réquisitionner immédiatement l’ensemble des logements vides

  5. Personnellement je ne me sens pas concerné par votre histoire versaillaise : je suis outré des propos de Mme Duflot, sans avoir jamais dénigré le Secours Catholique dont j’ai toujours apprécié l’action. Je ne vois pas de qui vous parlez, mais si vous visez une petite minorité de BCBG, vous n’êtes pas, vous non plus, très charitable.

    J’appuie à 1 000% le fond de son appel, et je suis d’accord avec vous sur le fait qu’il faille s’en réjouir.

    Mais ce que je reproche à la ministre, c’est que son ITV au Parisien (relisez-la si vous ne voyez pas le problème) laisse entendre que l’Eglise ne fait rien. C’est faux et injuste.

    Si l’Eglise en tant qu’institution et certains chrétiens s’émeuvent, c’est sur la forme. Mme Duflot s’y prend début décembre (bonjour l’organisation), alors qu’il fait déjà froid, et fait ce genre d’annonce fracassante par voie de presse avant même d’avoir envoyé le dit courrier à l’archevêque de Paris. Et en oubliant, comme vous le dites si justement, que Paris n’est pas la France.

    Avouez que quand vous faites déjà beaucoup, sans rien demander à personne, c’est un peu agaçant comme procédé. ça laisse quand même l’impression que Mme Duflot cherche à éloigner les regards de l’hypocrisie de sa situation au gouvernement, et que l’exécutif cherche à discréditer une institution en pointe contre le projet de mariage homo.

    Enfin, vous dénoncez la « violence » des attaques contre la ministre, mais faut pas pousser : mon billet, comme plein d’autres, sont mesurés. On répond poliment à une attaque discourtoise, y’a pas de quoi fouetter un chat.

    • Il ne faut pas se sentir visé. Je n’avais pas lu votre billet avant d’écrire le mien. Par contre, qu’en cœur, les réponses se bornent à protester, et souvent avec violence et misogynie, oui je trouve cela déplorable. Sur la forme, je ne suis pas sûr que ce soit la ministre la plus à blâmer.

      L’interview dans le Parisien, je l’ai relue plusieurs fois. Je n’y ai rien vu d’insultant. Je pense que beaucoup de lecteurs chrétiens ont entamé la lecture en partant du postulant que Duflot leur serait hostile. Forcément, quand on part avec un tel a priori, on trouve toujours matière à le confirmer.

      Je veux bien que le procédé soit agaçant : nous avions dès lors une occasion en or de faire valoir l’action de l’Église, tout en participant plus activement à l’action de l’État.
      C’est raté. On passe pour des gens qui ont une conception plus réduite de la solidarité que ce qu’ils professent, et on accrédite l’idée que les responsables politiques de gauche et les chrétiens sont forcément ennemis. Quand on connait un tout petit peu Cécile Duflot, c’est ridicule

      • « On passe pour des gens qui ont une conception plus réduite de la solidarité que ce qu’ils professent, »

        Je pense que c’est un présupposé de votre part : tous les gens avec qui je discute du sujet autour de moi, y compris parmi les non-chrétiens, trouvent que Cécile Duflot a dépassé les bornes et raconté n’importe quoi. La presse dans son ensemble a raillé l’initiative de la ministre!

        Cf. http://www.liberation.fr/depeches/2012/12/04/logement-avec-son-appel-a-l-eglise-duflot-s-attire-les-foudres-de-la-presse_864943

        Personnellement je n’ai lu aucune réaction violente ou mysogine.

        J’admets que le ton monte un peu, mais je pense que bcp de chrétiens sont à fleur de peau et en ont un peu assez de l’ambiance qui règne dans ce pays.

        Mais si j’ai un point d’accord avec vous, c’st sur l’esprit que nous devons avoir : positif. On aurait sûrement pu réagir, globalement, de manière plus positive.

        Il n’en reste pas moins que je vous trouve un peu candide sur l’attitude de Mme Duflot. Mais peut-être que votre appartenance politique, en l’occurrence vous rend un peu aveugle. Et ne vous sentez pas attaqué par cela, je constate juste.

        Enfin, je crois que bcp de chrétiens ont voté contre Sarkozy parce qu’ils en avaient marre de ses débordements permanents. Ils n’ont pas nécessairement d’ apriori négatif contre la gauche. Mais celle-ci, en six mois, réussit l’exploit de mécontenter une grande partie d’entre eux, en ne respectant pas le clergé, en violant la loi sur la bioéthique ou encore en menaçant implicitement de saisir des biens ecclésiastiques! Cela fait bcp, je trouve.

      • Oui, enfin, l’article de Libé montre surtout des réactions très diverses dans la presse. L’huma reproche par exemple à la ministre de reconnaitre que l’Eglise bosse mieux que l’Etat. Soit en gros, l’exact contraire de ce que lui reproche la sphère médiatique catholique.

        Quant aux réactions violentes, elles sont nombreuses. Pour moi, ce tir de barrage médiatique ultra-réactif pour éviter LA question embarrassante (mais pourquoi ne pas ouvrir ces bâtiments vides ?) était assez violent. Et je ne parle pas des réseaux sociaux, ce qui ne concerne pas qu’une seule personne (poke @koztoujours )

      • Sur la misogynie, il faudrait donner des exemples concrets, parce que les accusations gratuites, de surcroît contre d’autres catholiques, ça va cinq minutes. Surtout sur une corde tellement usée par Ségolène Royal auparavant. Chaque fois qu’une femme se trouve en butte à une opposition, ce serait donc de la misogynie ? Se cacher derrière cela est tout de même un vrai aveu de faiblesse. N’êtes-vous pas en mesure de soutenir votre position sans accuser les autres ?

  6. Oui, il y a des logements vides à Paris, dites-vous ?

    Ah. Et vous vous basez sur quoi pour le dire ? Vos présupposés ou une source un tant soit peu sérieuse ?

    En revanche, on est ravi de voir que le militant EELV que vous êtes soutient sa chef de parti, sans oublier de tacler les cathos (qu’il y ait eu des réserves sur le CCFD peut-être, sur le Secours Catholique, en revanche…).

    • Des logements vides oui, il y en a : c’est le gauchiste et anticlérical quotidien La Croix qui le dit : http://www.la-croix.com/Religion/S-informer/Actualite/L-immobilier-fragile-tresor-des-congregations-religieuses-_NG_-2012-11-29-881722

      Oui, je suis militant EELV, et alors ? Devrais-je considérer que tout ce que vous écrivez est n’a de toute façon aucune légitimité du fait de votre état de militant UMP ? Ma foi m’amène à penser, comme beaucoup d’autres personnes (qu’ils croient au ciel, qu’ils n’y croient pas) que les réquisitions de logements vides est une étape nécessaire mais loin d’être suffisante pour lutter contre le mal-logement. Hélas, la réponse de la sphère catholique lundi n’a pas porté sur cette question. Dommage, j’aurais aimé savoir pourquoi ils ne voulaient pas ouvrir.

      Et renseignez-vous, Duflot n’est pas ma chef de parti.

  7. @Koz Relis les propos de François, loin, TRES LOIN, de tacler le Secours Catholique, loin, TRES LOIN, de tacler « les cathos » dans son ensemble (à moins qu’il n’y ait point de cathos hors des églises – il ne les cite pas tous, mais seulement celles qu’il a fréquentées – versaillaises).
    Et vis-à-vis de l’article de La Vie, celui de La Croix n’est pas aussi catégorique : http://www.la-croix.com/Religion/S-informer/Actualite/L-immobilier-fragile-tresor-des-congregations-religieuses-_NG_-2012-11-29-881722

    • Je veux bien relire le propos de François mais n’hésite pas à relire le mien, il est plus court, pas difficile à comprendre, et je ne dis pas que François tacle le Secours Catholique, évidemment.

      • Bin justement dans « on est ravi de voir que le militant EELV que vous êtes soutient sa chef de parti, sans oublier de tacler les cathos », je comprends que tu trouves que François tacle les cathos. Or je pense que c’est on-ne-peut-plus erroné. Et comme toi tu peux être énervé d’avoir l’impression qu’on te fait la morale dès que tu parles plus de pauvres que de bébés, moi je commence à être un peu énervée que quand un catho exprime une opinion avec un raisonnement et une argumentation qui n’est pas de défendre l’institution catholique mais de s’interroger sur ses réactions, ça finisse en « c’est bien les cathos de gauche ça, à casser leur propre Eglise »… Et j’aime pas la verveine. Et j’ai été grossière tu as raison et je m’en excuse

      • C’est vrai, c’est mal, mais quand même. Quand je vois ce soudain retour en grâce du secours catholique, fort opportunément mis en avant par des gens qui considèrent que ce sont d’affreux rouges avant d’être des chrétiens (comme je suis moi-même considéré comme un affreux militant EELV avant d’être un modeste contributeur de blog), ça me fait grincer des dents.

  8. @koz Et puis, m***, va faire le troll ailleurs si tu t’es mal réveillé ce matin. Surtout quand toi même tu détestes les trolls qui tuent toutes discussions en commentaire de tes billets. #bordayl

    • Par chance, même mes trolls, je ne leur réponds pas comme ça. L’agressivité de ta réponse est assez surprenante. Je demande une source, parce que j’ai bien l’impression qu’on se borne aux on-dit, ça ne me semble pas trop demander. En trois lignes, tu cases « merde », « troll » et « bordel » (quelle que soit l’orthographe) et je serais celui qui est mal réveillé ?

  9. Bonjour,

    Je suis loin d’être un fan de la ligne éditoriale de ce site, et encore plus de cette appellation de « chrétien de gauche », loin également d’être un fan de Cécile Duflot, mais je voulais juste vous dire que je rejoins une partie de vos propos.

    Après dégonflage un peu, je crois que Cécile Duflot a été plus que maladroite – incompétente et stupide aurait été des mots plus justes – mais la réaction « catholique » d’outrage que vous décrivez très bien dans cet article m’a un peu laissé sur les fesses. J’ai eu l’impression que cela ne nous élevait pas tellement au-dessus.

    J’ai lu l’interview du Parisien quand elle est parue, et si a posteriori je trouve la méthode Duflot plus que suspecte, je crois que nous avons le devoir en tant que catholiques, de sauver a priori ce qui peut être sauvé dans la proposition… Voir le C.E.C. à propos de ce qu’on appelle en bonne morale catho le « jugement téméraire ». Et surtout quand on nous appelle à la solidarité, quoi ! C’est de la plus élémentaire des charités qui ici aurait servi bien plus l’investissement bien connu des chrétiens dans la solidarité que cette ruade sauvage assez peu compréhensible.

    Je rejoins donc tout à fait l’avis de ce billet : le piège a été tendu, il était grossier, et paf, nous sommes bien tombé dedans.

    • Merci.
      Je ne pensais vraiment pas que cet article pourrait être interprété comme étant avant tout celui d’un militant écologiste.
      Mon propos n’était sûrement pas assez clair mais vous avez compris le sens profond.

  10. Contribution de Soeur Nathalie Becquart, directrice du Service national pour l’évangélisation des jeunes, à la Cef, sur son compte Facbook :

    « L’intuition première de Cécile Duflot est bonne…et l’Eglise pourrait sans doute l’aider plus qu’elle ne l’imagine! Pour avoir pas mal travaillé sur les problématiques du logement des étudiants et des jeunes, j’ai acquis la conviction qu’aujourd’hui, face à l’ampleur de la crise du logement, l’Etat ne peut s’en sortir seul. L’Eglise dans toutes ses composantes (diocèses, paroisses, congrégations, mouvements, particuliers…), -parce qu’elle se mobilise déjà beaucoup, a de l’immobilier mais aussi une tradition d’hospitalité et de charité – doit continuer à s’investir sur ce terrain avec tous les autres acteurs. On rêverait donc que, face à un tel défi, au lieu de créer des polémiques qui suscitent des oppositions, on trouve le moyen de mettre tout le monde en synergie et en collaboration positive … L’Eglise est un acteur social important dans le domaine du logement et dans bien d’autres domaines. Ce n’est pas déroger au principe de laïcité que de le reconnaître simplement et paisiblement. De son côté l’Eglise n’a pas à fanfaronner ou donner des leçons. Comme nous y invite la démarche Diaconia, elle n’a pas fini de mettre le service du frère et l’accueil des plus pauvres au cœur des préoccupations des communautés chrétiennes. »

  11. Je ne comprends pas cette différence entre aumône et solidarité, que vous n’expliquez pas.
    Je ne connais pas les propositions du Secours catholique pour « supprimer la pauvreté ».
    Je ne comprends pas en quoi ceux qui n’adhéreraient pas à ces propositions seraient de mauvais chrétiens.
    Ayant été engagé auprès de sans-abris, j’en suis venu en revanche à la conclusion qu’il n’y a pas de solution miracle ni de solution globale car il y a autant d’histoires ( et de solutions) que de personnes. Il m’a semblé (autant que je puisse le dire) que leur premier manque n’était pas tellement matériel mais d’abord un manque d’amour. Il m’a semblé aussi que pour certains d’entre eux, la liberté que laisse le monde moderne à toute personne avait participé à leur destruction, et que leur dérive et leur malheur venait du manque de structure (pas de famille, pas de structure sociale, pas d’église). Malheureusement, le débat sur ce sujet initié par Christine Boutin, qui aurait peut être pu déboucher sur des solutions qui auraient sauvé bien du monde, a été étouffé dans l’oeuf par vos amis de gauche il y a quelques années.

    • Je suis opposé à Christine Boutin à cause de son rôle à la pointe de la guerre contre les homosexuels, mais là je pense qu’elle a au moins en partie raison, et je lui fais crédit a priori, jusqu’à preuve du contraire, d’une vision plutôt lucide sur ce type de sujets. Dans Étapes de la Pensée Sociologique, Raymond Aron consacre un chapitre à Émile Durkheim qui fait état de l’importance des « corps intermédiaires » (les églises, les associations, etc… tout ce qui est entre l’individu isolé et l’Etat) pour créer de la fraternité et diminuer les taux de suicide.

    • Justement, la loi sur le mariage gay vise à constituer des familles. C’est à dire des pôles de stabilité dans la société. Une famille gay, bien stable, bien insérée dans la société, cela peut servir à stabiliser des amis, des voisins, des tas de gens. Cela peut permettre de remettre de l’espérance dans la société. C’est pour cela que je trouve absurde que Christine Boutin et ses amis s’y opposent.

  12. Au lieu de passer des heures à polémiquer sur la communication de Cécile Duflot, il serait mieux d’analyser la politique en faveur des sans-abris et des réelles marges de manoeuvre financières accordées par Bercy, en vue de soulager les personnes à la rue et faire échec à la grande pauvreté.
    Que signifie une telle interpelation un 3 décembre, lorsqu’on sait le temps nécessaire pour aménanager en logement des bâtiments inoccupés? Cela fait des mois que des travailleurs sociaux et des associations tirent la sonnette d’alarme… Une fois des bâtiments mis à disposition, qui accompagnera ces personnes? Doit-on attendre l’approche de l’hiver pour s’inquiéter des familles qui dorment à la rue? Quelle inflexion est-on prêt à faire dans la politique du logement des bailleurs sociaux pour donner une priorité au plus pauvres dans l’attribution des logements sociaux? Sans logement pérenne, aucune reconstruction sociale n’est possible. La seule peur de tout gouvernement: ce sont les morts dans la rue par grand froid! Bref, on continue la fameuse politique du thermomètre. Quelle politique ambitieuse va sortir à partir du lundi 10 décembre de cette conférence sur la pauvreté ?
    Stop aux faux débats! Sa communication est un gentil dérivatif et ne parle pas des vrais questions que l’on fait semblant de redécouvrif tous les ans à l’approche de Noël.
    Sait-on qu’en Seine St Denis les marraudes du Samu social se font sans personnel médical, uniquement des travailleurs sociaux? Seule une infirmière bénévole se dévoue le soir… Un salarié pour tout un département devrait arrivé dans les semaines prochaines… De qui se moque-ton? Quand on connaît les multiples soucis de santé des sans-abris…. Le scandale est là!
    Le 115 de ce département reçoit+ de 4000 appels par jour, avec la capacité d’en gérer un peu plus de 1000…avec très souvent aucune solution en vue d’un hébergement..
    Il faut être sacrément naïf ou inféodé pour ne pas voir dans cette tempête dans un verre d’eau un nuage de brouillard qui cache les vrais questions. D’un autre côté, certains conseillers du ministère confondent congrégations, diocèse et associations ou SCI propriétaires des locaux: la réquisition – souvent difficile à mettre en place – semble plus un slogan qu’un dossier juridiquement travaillé par ses services.

    • Merci beaucoup. C’est grosso-modo ce que j’entendais plus haut par « incompétente et stupide », mais c’est beaucoup mieux expliqué et bien détaillé.

  13. Je ne pense pas qu’être apolitique c’est être de droite ,je n’arrive décidément pas à me décider à être de gauche comme DSK et Anne Sinclair ou de droite comme Boutin …
    Comme la soeur Nathalie,je reçois l ‘appel de Cécile Duflot comme une invitation à réfléchir sur la possession de tous ces biens par les congrégations ….certaines vieillissantes sont à la tête d’un patrimoine immense c’est une charge d’entretien et çà ne sert à personne …
    Il est possible de répondre à l’autre que ce qu’il me dit me questionne …
    je pense à la phrase de Jean Vannier  » c’est ce qui te fait peur qui te fera grandir  »
    quant au Secours Catholique, le mensuel « Messages » est un appel à la charité et à la justice .

    civediamodomani

    • Effectivement, être « apolitique » ne signifie pas être de drotie. C’est un terme un peu fourre-tout mais qui est souvent utilisé par des gens de droite.
      Et être de gauche ne signifie pas ressembler à DSK ni être de droite à Boutin. Comme être chrétien ne signifie être comme civitas 😉

  14. L’article de François a suscité une longue référence dans le billet de Laurent Grzybowski sur LaVie.fr (http://www.lavie.fr/chroniques/chretiens-en-debats/l-eglise-catholique-reagit-elle-comme-une-forteresse-assiegee-07-12-2012-33943_290.php)
    A titre personnel, si j’estime que l’attaque de Cécile Duflot n’est pas sans fondement ( il y a des communautés qui ferait de réfléchir sur le devenir de leur patrimoine immobilier), elle n’est sans doute pas opportune. Attaquer l’Eglise catholique sur un terrain ou au contraire elle pourrait être un allié de poids est vraiment dommage. On peut se demander si la raison de cette sortie n’est pas à chercher dans d’autres oppositions (par exemple sur la mariage gay). Et comme les critiques sont toujours mieux quand elles viennent de l’intérieur, j’aurai aimé que Cécile Duflot assume qu’elle fut dans le passé militante de la JOC.
    Au final, je pense que cette sortie ne fera avancer ni la cause du mal-logement (et il y a du boulot), ni l’évolution de l’Eglise (qui doit progresser dans sa prise en charge de la pauvreté et pas se contenter de sous-traiter au Secours Catholique), ni l’évolution des Verts (qui peinent à assumer leur participation gouvernementale).
    Encore une occasion ratée.

  15. Monsieur,

    Comme il y a eu de nombreux commentaires sur cette affaire, j’aimerais élargir un peu le débat.
    Pour quelles raisons y a-t-il autant de problèmes de logement ? Certains pointeront toujours l’immigration de masse, d’autres le poids de la paperasse et des documents administratifs pour la construction, d’autres enfin le nombre de logements vides, le prix de l’immobilier…. La cause première est en réalité l’éclatement de la famille qui oblige l’état à construire deux fois plus pour les couples séparés.
    Comment tolérer que 2 millions de femmes élèvent seules leurs enfants, travaillent jusqu’à épuisement et soient proches du seuil de pauvreté ?
    Je me suis investi dans de nombreuses associations catholiques et laïques pour aider les SDF. Les conclusions sautent aux yeux. 100% des SDF de longue durée ont connu une rupture familiale lourde qui ne leur donne plus l’envie de se battre.
    Monsieur, ayez l’honnêteté intellectuelle de reconnaître que la plupart de vos camarades d’EELV n’ont cessé de fragiliser la famille depuis plusieurs décennies par un individualisme excessif et un déni absolu des conséquences de leurs actes pour les plus faibles (enfants…).
    Effectivement, l’Eglise aurait pu réagir de manière plus positive, je suis d’accord avec vous. Mais lorsque la grande majorité des hommes politiques de votre bord caricaturent en permanence une institution parce qu’elle proclame que nos choix de société ne font qu’empirer la situation, et qu’en parallèle vous lui demandez davantage d’aide, vous pouvez comprendre que la réaction ne soit pas toujours ultra positive.
    Vous imaginerez peut être que ce post vient d’un vieux réactionnaire retraité déjà aigri au moment de mai 68. Détrompez-vous, ce post est écrit par un jeune de 31 ans qui va payer toute sa vie pour l’égoïsme d’une génération.

    • Nous sommes de la même génération, et je ne crois pas être spécialement complaisant envers celle de mai 68, et je ne fais pas, au fond, de réelle différence entre ceux qui ont défilé sur les champs le 30 mai et ceux qui ont monté les barricades.

      Je suis conseiller municipal. Je n’ignore pas ce qu’on appelle le taux de desserrement. Pour l’avoir étudié de près dans la mise en place du PLU de ma ville, je peux vous garantir qu’il ne tient pas uniquement à la question des familles monoparentales. La principale raison, c’est surtout la diminution du nombre moyen d’enfants par foyer. Vous n’ignorez pas, par ailleurs, que les personnes séparées peuvent se remettre en couple.

      Par ailleurs, je vous rejoins tout à fait bien sûr, sur le fait qu’un éclatement familial ait également des conséquences économiques graves sur les personnes, et principalement sur les femmes.

      Par contre, je ne vous suis évidemment pas sur la question de l’individualisme qui serait prôné par les écologistes. Bien au contraire. Le paradigme écologiste, c’est justement de considérer que ce n’est pas l’argent qui est au centre des valeurs, mais les liens sociaux. Les politiques économiques menées par les écologistes vont toutes dans ce sens. Nous refusons la compétition et défendons la coopération. Je suis assez ébahi d’entendre que les écologistes seraient les chantres de l’individualisme ! Quand on sait à quel point nous sommes internationalistes, que nous nous engageons autant pour chaque habitant de la planète, une telle assertion a de quoi laisser pantois.

      • Monsieur, mon commentaire ne parle pas d’individualisme économique, mais d’individualisme sociétal. Mon propos n’est pas de faire l’apologie de sociétés traditionnelles (asiatiques par exemple) ou seul le groupe compte, mais notre société a pris le virage d’un égocentrisme absolu ou le plus faible n’a plus aucune chance de s’en sortir. Pire que ca, c’est le relativisme total qui règne.

        Que se soucie encore des conséquences pour les enfants au moment d’un divorce ? Qui se soucie encore de l’isolement des personnes âgées ? Qui se soucie du nouveau né élevé en coparentalité par des futurs couples homosexuels (semaine A chez ses deux mamans, semaine B chez ses deux papas…). ? Qui se soucie des cellules embryonnaires ?

        Depuis quelques années et encore plus depuis quelques mois, le socialisme s’est mû en une sorte d’ « égocialisme ».

    • Parce qu’il est ridicule de prétendre que la gauche se soucie moins de l’isolement des personnes âgées que la droite, ou de la situation des enfants au moment des divorces. Parce que je pense au contraire que tout est bien une question d’individualisme économique, et que ne baser les rapports humains en société que sur la compétition, ne voir dans ce que chacun apporte à la société que son apport financier ou son coût (ha, ces retraités, qu’est-ce qu’ils nous coûtent cher), c’est catastrophique, et c’est le fondement idéologique de la droite.

      Et surtout parce que je n’ai pas le temps pour un débat stérile avec des arguments caricaturaux et un dialogue de sourds.

      Don’t feed the troll, vous connaissez sûrement

      • Peut être me suis je mal exprimé, mais cela ne mérite par autant de dédain et d’arrogance.

        Je ne prétend pas que la gauche se soucie moins que la droite des questions de société pour une raison simple, c’est que mon post n’évoque jamais la droite. Justement il faut sortir de cette confrontation stérile droite – gauche.

        Ce que j’essaie de vous expliquer, chez monsieur, c’est que le libéralisme politique est le terreau du libéralisme économique que vous combattez avec justesse et énergie. Ce libéralisme politique, c’est la « religion du progrès » promu par une grande partie de la classe politique (de gauche comme de droite mais surtout de gauche) depuis plusieurs décennies, et qui n’a fait que fragiliser la famille. Certains socialistes ne se reconnaissent plus dans cette gauche majoritaire.

        Lorsque Madame Duflot cherche des logements pour les SDF, je ne peux qu’approuver sa démarche. Mais lorsque Madame Duflot soutient la libération sexuelle, le « mariage pour tous », l’accueil des étrangers sans que nous puissions correctement les intégrer, elle ne fait que fait que donner du grain à moudre au capitalisme économique le plus sanguinaire.

        Alors oui l’église est souvent archaïque car elle promeut des modèles traditionnels qui ont fait leur preuve depuis des siècles, et elle a raison de l’être. Pour finir, je reprendrais la citation de Mauss: « il faut que les socialistes reviennent à de l’archaïque et je le dis quitte à paraître vieux jeu et diseur de lieux communs »

      • Pour répondre rapidement parce qu’il faudrait des journées entières.
        Qu’est-ce que c’est que la « religion du progrès » ? Qu’est ce que que le « progrès » ?

        Que la libération sexuelle vous pose problème, je peux le comprendre. Mettre sur le même plan la libération sexuelle et les migrations, c’est assez délirant, excusez-moi. Vous affirmez « on ne peut pas correctement les intégrer », vous énoncez une affirmation contredite par toutes les études. Les migrants enrichissent l’Etat, ce sont des travailleurs qui payent bien plus de cotisations sociales qu’ils n’en perçoivent. Sans les migrations, le solde démographique naturel de la France serait négatif. De toute façon, depuis des siècles (pour reprendre votre expression), les étrangers sont toujours les boucs émissaires. Ce qu’on dit aujourd’hui des migrants du XXIè siècle, c’est ce qu’on disait des Polaks et des Ritals. Sauf qu’en plus, aujourd’hui, ils n’ont même pas la même religion que nous.

        L’Église « promeut des modèles traditionnels qui ont fait leur preuve », dites-vous ? Mais vous vous fourrez le doigt dans l’œil ! Le modèle dit « traditionnel » de la famille, c’est le modèle imposé par la société bourgeoise, celui de la fin du XIX et du XX. Et encore… Le mariage par amour, c’est récent. Les nourrices, les enfants élevés collectivement, les maîtresses et concubines officiels, ce n’est pas de l’exotisme.

      • Monsieur,
        Votre blog se veut un espace de débat. Permettez moi alors de vous inviter à être plus constructif dans vos réponses.
        Un débat ne consiste pas à prendre des petits bouts du message de l’autre pour les réinterpréter à votre sauce en les caricaturant. Vous me prêtez des propos que je n’aurai pas moi même imaginé.

        Je ne reviendrai pas sur le fond de mon propos car j’ai le triste sentiment que cela n’en vaut pas la peine…
        rassurez vous, ce sera mon dernier message sur votre blog.

  16. Tous ces commentaires, aussi intéressants soient-ils, me semblent confirmer mon sentiment sur cette polémique: on perd de vue l’essentiel, la politique de lutte pour ne plus laisser à la rue une seule famille ou un seul individu. La politique consiste certes à faire des choix financiers, mais cet abandon défaitiste actuel est une mise en danger de la vie d’autrui!

  17. Ping : Pauvre Église ! |

  18. Ping : Un mariage, combien de répliques ? | A la table des chrétiens de gauche

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s